Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Abou Kamal: la transcription des négociations prouve le refus des USA de frapper Daech

© AP Photo / Bassem TellawiAbou Kamal
Abou Kamal - Sputnik France
S'abonner
Le refus des États-Unis de frapper les colonnes de Daech se retirant d'Abou Kamal, en Syrie, est un fait objectif, prouvé par la transcription des négociations, a annoncé mardi le ministère russe de la Défense.

Abu Kamal - Sputnik France
«Attention, terrain miné» ou la dangereuse route d’Abou Kamal
Le ministère russe de la Défense a qualifié de fait avéré le refus des États-Unis d'effectuer le 9 novembre des frappes sur des convois de Daech, ajoutant disposer des transcriptions des négociations le prouvant.

«Le refus du commandement américain d’effectuer le 9 novembre des frappes sur des colonnes de Daech, qui battait en retraite dans la région d’Abou Kamal, est un fait objectif, enregistré dans la transcription des négociations et bien connu de la partie américaine. Aussi bien que l’obstacle créé par les avions américains aux Forces aérospatiales russes qui étaient prêtes à exterminer les terroristes de Daech qui s’étaient regroupés pour lancer de nouvelles attaques contre les troupes gouvernementales près d’Abou Kamal», a précisé le ministère.

Le ministère a en outre publié les photos authentiques du retrait des terroristes d’Abou Kamal et a précisé avoir engagé une vérification à l’encontre de l’employé civil ayant plus tôt publié des photos erronées dans le rapport du ministère de la Défense sur l’interaction entre la coalition internationale dirigée par les États-Unis et les terroristes de Daech.

​Plus tôt dans la journée de mardi, le ministère russe de la Défense avait fait la lumière sur le soutien apporté par la coalition aux terroristes, précisant que les Américains avaient catégoriquement refusé de frapper les terroristes de Daech, affirmant que selon leurs informations, les djihadistes «se constituaient prisonniers devant eux» et se voyaient par conséquent protégés par la Convention de Genève sur les prisonniers de guerre.

Pour appuyer ses propos, le ministère russe a fourni des photos qui se sont plus tard avérées erronées.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала