Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Désengagement russe en Syrie: «Poutine a créé ses conditions politiques et militaires»

© Sputnik . Mikhail Klimentiev / Aller dans la banque de photosПрезидент РФ В. Путин посетил авиабазу Хмеймим в Сирии
Президент РФ В. Путин посетил авиабазу Хмеймим в Сирии - Sputnik France
S'abonner
En même temps que l’annonce de la victoire contre Daech, Poutine fait part du retrait du contingent russe de Syrie. Jean-Bernard Pinatel explique au micro de Sputnik que Moscou «a créé les conditions politiques d’une véritable désescalade en faisant éclater l’alliance sunnite». Retour sur les raisons d’un désengagement militaire.

Vladimir Poutine a annonçait lundi 11 décembre le retrait des troupes russes de Syrie. Il a précisé que si la guerre contre l'État islamique était gagnée, il laisserait cependant un contingent militaire sur les deux bases russes, celles de Tartous et de Khmeimim. Pourtant, les Russes ont déjà annoncé en mars 2016 et en novembre 2017 le retrait de leurs forces de Syrie. Quelle est donc la nouveauté de l'annonce du Président russe?

Militaires russes en Syrie - Sputnik France
Les premiers militaires russes de retour de Syrie (vidéo)
La période de reconstruction de la Syrie, gravement atteinte par la guerre va être, comme toujours, un temps de compétition où les affrontements entre les grandes puissances régionales (Iran, Arabie saoudite, Israël, Turquie) et mondiales (Russie, États-Unis et Chine) ne sont jamais loin. D'autant plus que des soldats américains seraient de plus en plus présents dans la région sud-est de la Syrie.

Si certaines raisons, comme les calculs électoralistes à l'approche des élections présidentielles russes en mars 2018, pourraient aisément expliquer la décision de Vladimir Poutine, celles qui touchent aux relations internationales et à la diplomatie méritent davantage d'attention.

Analyse du retrait annoncé des forces militaires russes présentes sur le sol syrien par Vladimir Poutine, avec Jean-Bernard Pinatel, général 2e section et expert des questions géopolitiques.

Sputnik: Qu'est-ce que cette annonce de retrait des troupes russes de Syrie a de différent avec les précédentes, sur le fond et sur la forme?

Jean-Bernard Pinatel: Tout d'abord, [cette annonce, ndlr] vient à trois mois des élections russes. Donc le retour des soldats au pays est toujours quelque chose d'important dans une campagne présidentielle.

Mais surtout, ce que d'après moi il faut souligner c'est que, pendant toute cette période 2017, la diplomatie russe a créé les conditions politiques d'une véritable désescalade en Syrie en faisant éclater l'alliance sunnite, qui était surnommée l'OTAN arabe, et qui regroupait l'Arabie saoudite, la Turquie, la Jordanie, le Qatar, les Émirats arabes unis et Bahreïn. […]

Des bombardiers russes Su-24 à la base aérienne de Hmeimim - Sputnik France
Défense russe: nos militaires quittent la Syrie à un rythme qui dépendra de la situation
Donc il [Poutine, ndlr] a créé ses conditions politiques et militaires. Le Qatar s'est rapproché de la Russie, la Turquie également, la Jordanie également et l'Égypte aussi. Donc aujourd'hui, il est clair que le fait même qu'il n'y ait plus cette coalition qui a renoncé d'une certaine façon à poursuivre la déstabilisation de la Syrie, a permis une désescalade dans plusieurs zones où il restait encore des combattants islamiques.

Et je n'en veux pour preuve que l'Arabie saoudite s'est engagée vis-à-vis de la Russie d'unifier les différents mouvements arabes non islamiques en vue de négociations pour un retour à la paix.

Donc à partir du moment où, les forces syriennes, appuyées par le contingent russe ont repris le contrôle de toute la Syrie utile, que Erdogan s'est entendu avec Poutine pour que les Kurdes syriens ne lui posent pas de problème, puisque les Kurdes syriens sont proches du PKK, tout cela fait que la situation en Syrie s'est grandement améliorée et permet le retrait de la majorité des forces militaires.

Mais en même temps, il garde la capacité d'une dizaine d'aéronefs et probablement de forces spéciales pour pouvoir intervenir dans les zones où il y a encore quelques problèmes.»

Sputnik: Qu'est-ce que ce retrait des troupes russes change-t-il sur le terrain?

Jean-Bernard Pinatel: Sur le terrain, aujourd'hui, les forces syriennes sont capables de conserver le terrain acquis. Donc le seul problème où on a toujours besoin de forces russes, c'est notamment dans la région d'Idleb, où je pense qu'il y a un certain accord avec la Turquie pour liquider encore les islamistes qui s'y trouvent et puis dans deux ou trois foyers de résistances.

Pilote russe en Syrie - Sputnik France
Syrie: Moscou adresse un dernier avertissement aux terroristes
Donc, ou cela va se passer sous forme d'une désescalade avec exfiltration des gens, soit sous une forme de réduction. Et là, on n'a pas besoin d'un contingent de 5.000 hommes et de 60 aéronefs.

Donc [ceux qui vont rester, ndlr], cela va être certainement un contingent de forces spéciales qui sont les conseillers des forces syriennes et qui sont aussi en charge de l'appui feu. Donc, il va rester quelques hélicoptères d'appui et quelques Sukhoï d'appui au sol.

Sputnik: Cette annonce est-elle réalisée avec un objectif de politique interne alors que les prochaines élections présidentielles russes sont organisées dans 3 mois?

Sur la base aérienne de Hmeimim, on célèbre aussi la Journée de la Russie! - Sputnik France
Le Kremlin explique pourquoi le Président s'est rendu en Syrie
Jean-Bernard Pinatel: C'est toujours très important d'annoncer le retour des soldats avant une élection présidentielle. Il n'a pas besoin de cela pour être réélu. Mais c'est toujours un élément de plus, parce que chez les Russes, reste toujours le syndrome afghan et le fait, dans une intervention extérieure d'être piégé et de voir les soldats mourir.

Donc c'est toujours très bon de pouvoir annoncer le retrait de la majorité de ses forces qui montrent, quand même, que la situation s'est grandement stabilisée depuis l'intervention russe en octobre 2015.

Sputnik: Est-ce une annonce diplomatique en vue du d'accélérer les négociations de paix du prochain sommet d'Astana?

Jean-Bernard Pinatel: De toute façon, aujourd'hui, ce sont les Russes les maîtres de la situation en Syrie. Donc, ils n'ont absolument pas besoin des négociations de Genève pour maintenant réaliser le passage à une situation de paix ou en tout cas de non-guerre.

Avions russes en Syrie - Sputnik France
La Russie précise les détails de son retrait de Syrie qui vient de commencer
Car effectivement, il y a visiblement un accord entre Poutine et Erdogan, qui est l'élément essentiel. L'Arabie saoudite a compris qu'elle n'arriverait plus à faire [le job, ndlr] toute seule. Quant à Israël, je pense que tout dépend de la capacité et de la volonté de Poutine et de sa capacité d'influence sur l'Iran, de façon à ce que le Hezbollah, qui est quand même un des vainqueurs de ce conflit, ne soit plus une menace pour le nord d'Israël.

Et Israël, qui était partie prenante dans la déstabilisation de la Syrie n'a de raison de déstabiliser la Syrie que si la Syrie continue à être la voie de passage qui permet de soutenir le Hezbollah à ses frontières nord. Et donc c'est essentiel, la négociation et la capacité d'influence de Poutine vis-à-vis de l'Iran et vis-à-vis d'Assad de façon à ne pas continuer à ce que le Hezbollah menace Israël. […]

Les pilotes russes sur la base aérienne de Hmeimim en Syrie - Sputnik France
Deux bases russes restent en Syrie
Aujourd'hui, maintenir des forces importantes dans des pays est quelque chose à la fois de coûteux et qui n'est pas bon en termes d'image internationale. Parce que cela montre qu'on n'a pas résolu une situation. Et cela, c'est valable aussi pour la France avec Barkane au Sahel.

Je pense que Poutine défend les intérêts de la Russie. Et les intérêts de la Russie, ce n'est pas Assad, mais c'est deux bases militaires, sa base aérienne et la base navale de Tartous.

Donc je pense que Poutine est comme Trump et j'espère comme le Président français Macron, avec un souci de défendre d'abord les intérêts nationaux et avec aussi la volonté d'un multilatéralisme qui en tout cas n'est pas celui de Trump.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала