The National Interest dévoile le «problème majeur» de l’US Army

L’armée des États-Unis serait trop dépendante des troupes d’élite, ce qui remettrait en cause l’importance des autres unités, affirment des analystes de la revue The National Interest.

Beaucoup de commandants de l'armée américaine se plaignent du prestige exacerbé des Navy Seals, des «bérets verts» et des rangers par rapport aux autres unités de l'US Army, estime Steven Bucci, analyste de The National Interest.

Pizza - Sputnik France
La pizza fait désormais partie de la ration de campagne de l’US Army
Il n'est pas rare, poursuit-il, que ces unités d'élite se voient obligées d'accomplir des tâches qui ne relèvent pas du domaine de leurs compétences, ce qui contribue à amoindrir leur capacité à exécuter les tâches qui leur incombent.

Ainsi, l'analyste tient à souligner que les États-Unis disposent de divers types de forces armées chargées d'une activité miliaire précise. À titre d'exemple, le groupe central des «bérets verts», A-Team, qui comprend douze combattants, n'a pas les moyens à lui seul d'arrêter des chars de combats. Dans ces cas, ce sont les chars de l'US Army qui pourraient s'acquitter le mieux de cette tâche, explique-t-il.

Pentagone - Sputnik France
Les points faibles de l’US Army, selon The Week
C'est pourquoi The National Interest appelle le Pentagone à réviser son approche à l'égard des forces armées, notamment en ce qui concerne la corrélation entre le niveau de compétence d'une unité et sa capacité à remplir une tâche militaire.

«Il est indispensable que les États-Unis reviennent à une conception étatiste visant à utiliser toutes les possibilités militaires et à les déployer dans chaque cas d'espèce. C'est le moment idéal pour le faire», conclue la revue, tout en soulignant que le chef du Pentagone James Mattis pourrait s'en acquitter complètement. 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала