Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Londres refuse de transférer à Moscou des échantillons de l'agent Novitchok

© Sputnik . Vladimir Pesnya / Aller dans la banque de photosLondres
Londres - Sputnik France
S'abonner
Londres a refusé à Moscou un accès aux échantillons des produits chimiques avec lesquels ont été empoisonnés Sergueï Skripal et sa fille. Selon l’ambassadeur britannique adjoint à l'Onu, il n'y a aucune disposition à ce propos dans les Convention sur l'interdiction des armes chimiques.

Les autorités britanniques n'ont pas l'intention de transférer à Moscou des échantillons de l'agent neurotoxique avec lequel ont été empoisonnés Sergueï Skripal et sa fille, a déclaré Jonathan Allen, ambassadeur britannique adjoint à l'Onu.

«Un collègue russe a parlé des échantillons, mais c'est une interprétation incorrecte de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques. Il n'y a aucune disposition dans la convention exigeant que le Royaume-Uni transfère des échantillons», a déclaré M. Allen.

Ainsi, le Royaume-Uni a refusé de fournir des éléments de preuve, que Vassili Nebenzia, représentant permanent de la Russie auprès de l'Onu, avait demandés auparavant.

Onu - Sputnik France
Affaire Skripal: le Royaume-Uni bloque le communiqué de l’Onu proposé par la Russie
Le 11 mars, la Première ministre britannique Theresa May a accusé la Russie d'implication dans l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, sans toutefois présenter de preuves tangibles pour appuyer ses allégations. Qualifiant l'affaire de «provocation», la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a de son côté estimé que les propos de la Première ministre britannique étaient un «cirque en plein parlement».

Ce mercredi, elle a expulsé 23 diplomates russes du pays et a suspendu tous les contacts bilatéraux de haut niveau avec la Russie.

Le 4 mars, Sergueï Skripal et sa fille ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. M. Skripal s'est vu donner l'asile au Royaume-Uni en 2010 après un échange d'agents de renseignement entre la Russie et les États-Unis lorsque 10 agents russes, dont Anna Chapman, sont rentrés dans leur patrie.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала