Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Des «services secrets étrangers» derrière les «nouvelles doctrines religieuses» en Algérie

© Sputnik . Vladimir Perventsev / Aller dans la banque de photosAlger
Alger - Sputnik France
S'abonner
L’introduction de nouvelles doctrines religieuses en Algérie comporte de graves dangers sur «l’intégrité territoriale du pays», vu que ces dernières sont soutenues par «des services secrets étrangers», selon le ministre algérien des Affaires religieuses.

drapeau de l'Algérie - Sputnik France
L’Algérie veut sa part des richesses méditerranéennes, et le fait savoir haut et fort
Des services secrets étrangers «sont derrière les tentatives d'introduction de nouvelles doctrines religieuses en Algérie» visant «à diviser le pays», a déclaré le ministre algérien des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, ce lundi 02 avril 2018, lors d'une conférence de presse, selon le site d'information algériepatriotique.

«L'Algérie doit se protéger de ces idéologies étrangères à la société algérienne», a estimé le ministre, cité par la source, en précisant que l'interdiction de «la secte Ahmadite» a été prise «suite à un rapport que l'ambassade d'un pays étranger — qu'il n'a pas cité — a fait parvenir aux autorités algériennes via le ministère des Affaires étrangères». Le document transmis à l'État algérien, selon le responsable, «faisait état de tentatives d'officines étrangères de mener une action visant à diviser le pays en profitant des soulèvements qui avaient eu lieu à travers plusieurs pays du Maghreb et du Moyen-Orient en 2011».

drapeau de l'Algérie - Sputnik France
Criminalité: l’Algérie oppose un niet catégorique à une demande française
Et de justifier la décision d'interdire ces doctrines en rappelant l'exemple de l'Arabie saoudite «qui rejette tout autre dogme que le wahhabisme». «Durant mes voyages en Arabie saoudite, je constate que ce pays protège sa doctrine wahhabite et empêche l'introduction de toute autre pensée, dont celle de l'Algérien Malek Bennabi», a souligné le ministre.

Mohamed Aïssa a réitéré son appel au retour «aux sources algériennes, mettant en avant la grande culture et la tendance modérée des exégètes algériens. Il a cité les cheikhs Abdelhamid Ben Badis et Bachir el Ibrahimi qui ont, très tôt, combattu la pensée extrémiste».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала