Trump: les responsables de la prétendue attaque chimique en Syrie «payeront cher»

Le Président américain a déclaré que les personnes qui auraient commis une soi-disant attaque chimique dans la Ghouta orientale, en Syrie, le 7 avril, «payeront cher».

Ghouta - Sputnik Afrique
Ghouta: Moscou met en garde contre une intervention militaire sous un prétexte «fabriqué»
Sur son compte Twitter, Donald Trump a dénoncé une prétendue attaque chimique en Syrie et a écrit que les responsables devraient en payer le prix.

«De nombreux morts, y compris des femmes et des enfants, dans une attaque chimique insensée en Syrie. La zone des atrocités est bouclée et encerclée par l’armée syrienne, la rendant complètement inaccessible au monde extérieur. Le Président Poutine, la Russie et l’Iran sont responsables pour soutenir l’animal Assad. Un lourd prix…», a écrit le Président américain sur son compte Twitter.

​Le groupe de l'opposition radicale Jaych al-Islam a accusé les forces gouvernementales d'avoir eu recours le 7 avril à des armes chimiques contre un hôpital de Douma, dans la Ghouta orientale. Les États-Unis se sont alignés sur ces accusations.

La diplomatie russe a qualifié ce dimanche d’«intox» les informations sur le recours par les troupes syriennes à des armes chimiques à Douma.

Ghouta orientale, en Syrie (image d'archives) - Sputnik Afrique
Le but du mensonge sur les attaques chimiques à Douma expliqué
«Les intox sur un recours au chlore et à d'autres substances toxiques par l'armée syrienne se poursuivent. Une énième information fabriquée de ce type, qui concernerait une attaque chimique présumée contre Douma, a émergé hier», a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué diffusé ce dimanche.

Le ministère a ajouté que les Casques blancs, cités comme étant l'une des sources de cette information, «ont à plusieurs reprises été pointés du doigt pour leurs liens avec les terroristes».

Le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, le général Youri Evtouchenko, a rappelé ce dimanche que l'opération sur le retrait des radicaux du groupe Jaych al-Islam de la ville syrienne de Douma commençait le 8 avril. Selon lui, certains pays occidentaux entreprennent des mesures pour perturber cette opération, en utilisant le thème de l'utilisation d'armes chimiques par les forces gouvernementales syriennes.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала