Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Armée iranienne: en cas de guerre, Riyad «ne tiendra pas plus de 48h» face à Téhéran

© AFP 2021 Atta KenareCars drive past billboards in the Iranian capital Tehran on May 6, 2015
Cars drive past billboards in the Iranian capital Tehran on May 6, 2015 - Sputnik France
S'abonner
L’Arabie saoudite n’a pas la capacité militaire de tenir «plus de 48 heures» dans un conflit armé avec l’Iran. C’est pour cette raison que les dirigeants saoudiens doivent éviter de le provoquer, a déclaré le conseiller du chef d’état-major de l’armée iranienne à la télévision nationale.

Последствия ракетного удара США по авиабазе в Сирии - Sputnik France
Iran: Israël va payer pour sa frappe contre la Syrie
L'Arabie saoudite ne tiendra pas «plus de 48 heures face aux capacités militaires iraniennes» en cas de conflit armé entre les deux pays, a déclaré le général Redha Kharam Toussi, conseiller du chef d'état-major de l'armée iranienne le 18 avril à la télévision nationale iranienne.

«Je m'adresse directement aux dirigeants saoudiens, et je vous demande, de ne pas faire de déclarations qui ne sont pas proportionnées à la taille de votre pays et à ses capacités militaires», a déclaré le général en soulignant que « l'Arabie saoudite ne tiendra pas plus de 48 heures face à nos capacités militaires, c'est la raison pour laquelle ses dirigeants ne devraient pas créer de guerre».

Concernant la résistance de l'Iran aux pressions et aux menaces américaines, le responsable militaire iranien a affirmé que son pays «est dans une position qui lui permet de lutter facilement contre les États-Unis, son plus grand ennemi». Il a par ailleurs ajouté que «notre stratégie consiste à faire face aux USA et non aux pays de la région».

Donald Trump - Sputnik France
«L’éventualité d’une rupture de l'accord nucléaire avec l’Iran est grande»
Cet avertissement des dirigeants militaires iraniens vient en réponse aux déclarations que le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, a faites le 29 mars, au Wall Street Journal. Il avait alors appelé la communauté internationale à prendre des sanctions plus sévères contre Téhéran afin d'éviter une confrontation militaire dans la région d'ici 10 à 15 ans.

Le 27 mars, le porte-parole de la coalition arabe, Turki al-Malki, a accusé Téhéran d'avoir livré les missiles aux rebelles houthis, utilisés par ces derniers dans les tirs sur l'Arabie saoudite à partir du Yémen. Il a menacé l'Iran de riposte «au moment et lieu adéquats». Le chef de la coalition arabe a estimé que ces tirs «était une grave détérioration de la situation sécuritaire», tout en accusant Téhéran de fournir des missiles aux rebelles houthis par le port d'Hodeidah et l'aéroport de Sanaa.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a démenti catégoriquement les accusations de l'Arabie saoudite. Son porte-parole, Bahram Kacimi, a affirmé que «les déclarations saoudiennes contre Téhéran sont irresponsables et belliqueuses et peuvent faire l'objet de poursuites judiciaires internationales».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала