Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«Paresseux» et «singes»: les propos d’un gendarme sur les Guyanais choquent l’Intérieur

© Sputnik . Alexey Panov / Aller dans la banque de photosLa Guyane française
La Guyane française - Sputnik France
S'abonner
Les autorités françaises ont commenté dimanche le discours pour le moins controversé prononcé par un chef d’escadron de la gendarmerie mobile en mission en Guyane. Les propos de ce dernier lui ont déjà valu une procédure disciplinaire.

Le ministère français de l’Intérieur a lancé vendredi une procédure disciplinaire contre un chef d’escadron de la gendarmerie mobile qui a comparé les Guyanais à des animaux après avoir passé trois mois en mission à Saint-Laurent-du-Maroni.

«Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, condamne fermement les propos inadmissibles et choquants tenus par un commandant d’escadron de gendarmerie mobile projeté en Guyane à l’occasion d’une réception organisée pour clôturer la mission de son unité. Une procédure disciplinaire est d’ores et déjà initiée pour sanctionner ce comportement fautif», lit-on dans le communiqué.

​Le 21 avril dernier, Cédric S., chef de l’escadron 25/1 du groupement de gendarmerie mobile de Maisons-Alfort (Val-de-Marne) a comparé les Guyanais à des «singes hurleurs lançant autant de jurons que de parpaings», à des «paresseux», à des «félins maladroits» et à des «petits caïmans trempant jour et nuit dans l’alcool et entourés de plantes euphorisantes» dans son discours prononcé à la gendarmerie de Saint-Laurent-du-Maroni. Il a en outre affirmé que la population de la Guyane était «spéciale» avant de la qualifier de «faune exceptionnelle».

Le texte du discours a par la suite été publié dans La Gazette du 25/1, un journal destiné aux gendarmes de l’escadron.

​Commentant ces propos jugés racistes par de nombreux internautes, le ministre Collomb a rappelé «son attachement au strict respect des règles déontologiques et à l’exigence d’exemplarité qui, en permanence, doivent encadrer l’action des forces de sécurité dans l’accomplissement de leurs missions».

​La gendarmerie a, de son côté, considéré dimanche ces paroles d'«intolérables».  

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала