La «clé de glace» de l’Univers: quand les chercheurs traquent les neutrinos en Antarctique

Pour résoudre les mystères du cosmos, les physiciens ont transformé la glace de l'Antarctique en détecteur géant et l’utilisent afin de rechercher les neutrinos de très haute énergie, c’est-à-dire les traces des explosions et des cataclysmes les plus importants de notre univers.

C'est pour trouver ces particules que les scientifiques lancent chaque année des ballons transportant des équipements de pointe depuis la station de McMurdo. Le projet de recherche des neutrinos — ANITA — est mis en œuvre par les spécialistes de l'Université nationale de recherches nucléaires MIFI et de l'Université d'État de Hawaii, de la NASA.

Ce diaporama a été réalisé avec le soutien de l'Université nationale de recherches nucléaires MIFI, participant au projet 5-100.

 

© © Illustration of RIA Novosti/Alina PolyaninaComme il n’existe aucune source d’émission radio sur le territoire de l'Antarctique, cela permet aux scientifiques d'observer les traces du passage des neutrinos via l’épaisseur de la glace. Les physiciens utilisent à ces fins des antennes radio puissantes, dont le principe de fonctionnement est similaire à celui des radiotélescopes ordinaires.
le schéma de fonctionnement du détecteur ANITA. - Sputnik France
1/10
Comme il n’existe aucune source d’émission radio sur le territoire de l'Antarctique, cela permet aux scientifiques d'observer les traces du passage des neutrinos via l’épaisseur de la glace. Les physiciens utilisent à ces fins des antennes radio puissantes, dont le principe de fonctionnement est similaire à celui des radiotélescopes ordinaires.
© Photo Personal archive of Aleksandr NovikovToute la surface de l'Antarctique sert aux scientifiques de détecteur naturel de neutrinos capable de fonctionner sans interruption.
vue sur le volcan Erebus - Sputnik France
2/10
Toute la surface de l'Antarctique sert aux scientifiques de détecteur naturel de neutrinos capable de fonctionner sans interruption.
© Photo Personal archive of Aleksandr NovikovLes physiciens analysent les phénomènes naturels et spatiaux à l’aide des antennes de haute précision ANITA.
un bloc des antennes de haute précision ANITA dans un hangar. - Sputnik France
3/10
Les physiciens analysent les phénomènes naturels et spatiaux à l’aide des antennes de haute précision ANITA.
© Photo Personal archive of Aleksandr NovikovUne antenne ANITA est une batterie impressionnante de capteurs radio. Elle mesure sept mètres de hauteur et pèse près d’une tonne. Un ballon monte une antenne à une altitude de 37 km, où cette dernière enregistre les neutrinos de très haute énergie.
un bloc d’antennes radio ANITA - Sputnik France
4/10
Une antenne ANITA est une batterie impressionnante de capteurs radio. Elle mesure sept mètres de hauteur et pèse près d’une tonne. Un ballon monte une antenne à une altitude de 37 km, où cette dernière enregistre les neutrinos de très haute énergie.
© Photo Personal archive of Aleksandr NovikovLes ballons modernes ont un avantage considérable par rapport aux satellites: on peut les lancer plusieurs fois, ce qui réduit considérablement les dépenses d'observation.
lancement d’un bloc ANITA à l’aide d’un ballon - Sputnik France
5/10
Les ballons modernes ont un avantage considérable par rapport aux satellites: on peut les lancer plusieurs fois, ce qui réduit considérablement les dépenses d'observation.
© Photo Personal archive of Aleksandr NovikovLe ballon permet de surveiller pratiquement tout le continent et d’enregistrer les événements qui se produisent à des centaines de kilomètres de lui.
le lancement du bloc ANITA-IV lors d'une nuit d’été en Antarctique - Sputnik France
6/10
Le ballon permet de surveiller pratiquement tout le continent et d’enregistrer les événements qui se produisent à des centaines de kilomètres de lui.
© Photo Personal archive of Aleksandr NovikovLes scientifiques effectuent tout le cycle d'études pratiquement au niveau du pôle sud, où les conditions climatiques sont les plus difficiles.
vue sur le camp des chercheurs - Sputnik France
7/10
Les scientifiques effectuent tout le cycle d'études pratiquement au niveau du pôle sud, où les conditions climatiques sont les plus difficiles.
© Photo Personal archive of Aleksandr NovikovAprès le travail, les scientifiques reviennent à la base de McMurdo qui est la localité la plus importante et le centre de recherches principal en Antarctique.
vue générale sur la station de McMurdo depuis l’Observation Hill - Sputnik France
8/10
Après le travail, les scientifiques reviennent à la base de McMurdo qui est la localité la plus importante et le centre de recherches principal en Antarctique.
© Photo Personal archive of Aleksandr NovikovL'étude de l’Antarctique a une histoire séculaire. Près de la station de McMurdo, on peut toujours voir la cabane de Robert Scott (1902), l'un des premiers explorateurs du continent le plus froid et le plus méridional de la Terre.
une boîte d’huile pour lampe dans la cabane de Robert Scott - Sputnik France
9/10
L'étude de l’Antarctique a une histoire séculaire. Près de la station de McMurdo, on peut toujours voir la cabane de Robert Scott (1902), l'un des premiers explorateurs du continent le plus froid et le plus méridional de la Terre.
© Photo Personal archive of Aleksandr NovikovLes scientifiques, les chercheurs et les géologues de 12 pays sont toujours les seuls humains qui viennent en Antarctique, pour étudier le continent et découvrir les secrets de l’Univers.
Alexandre Novikov, chercheur du MIFI, près des drapeaux de la Russie et de l’Australie, pays participant aux recherches sur l’Antarctique. - Sputnik France
10/10
Les scientifiques, les chercheurs et les géologues de 12 pays sont toujours les seuls humains qui viennent en Antarctique, pour étudier le continent et découvrir les secrets de l’Univers.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала