Poutine appelle le G7 à «arrêter les bavardages»

© Sputnik . Sergueï GouneevVladimir Poutine au sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS)
Vladimir Poutine au sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) - Sputnik France
Commentant les accusations lancées lors du sommet G7 à l’encontre de la Russie concernant ses «activités déstabilisantes» en Syrie, Vladimir Poutine a appelé à «arrêter les bavardages» et à passer à la résolution de problèmes concrets.

Se prononçant lors de sa visite au sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), Vladimir Poutine a commenté les appels du G7 adressés à la Russie à «cesser de saper les systèmes démocratique» et à abandonner «son soutien au régime syrien». Ainsi, le Président russe a conseillé aux pays membres du G7 d'«arrêter les bavardages» comme dans le cas de l'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia et de passer à la résolution de problèmes concrets.

«Quant aux déclarations concernant les actions déstabilisatrices, tout comme dans le cas d'autres événements, comme lorsque tous ont manifesté leur solidarité avec Londres à propos du fameux événement de Salisbury, mais ou rien de concret n'a été prononcé. Tout a été dit "avec un haut degré de probabilité", la solidarité à cet égard se dresse sur un terrain instable. Il me semble que nous devons arrêter tout ces bavardages créatifs et passer à des questions concrètes liées à la coopération réelle», a déclaré Vladimir Poutine.

G7 au Canada - Sputnik France
Poutine: la Russie n’a jamais quitté le G8, tous ses membres sont les bienvenus à Moscou
Dans le texte de la déclaration finale qui n'a finalement pas été adopté samedi après le sommet de deux jours du Groupe des Sept au Canada suite au refus de Donald Trump de signer le document, le G7 voulait exprimer sa volonté de renforcer les sanctions contre la Russie. Dans le même temps, les dirigeants du Groupe voulaient déclarer qu'ils continueraient à coopérer avec Moscou pour résoudre les crises internationales, mais précisaient que cela ne serait possible que si les intérêts du G7 étaient respectés.

Avant l'ouverture du sommet du G7 au Canada, le Président américain et le Président du Conseil italien ont souligné la nécessité de faire revenir la Russie dans ce club d'importantes puissances économiques mondiales.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала