Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«Les Femmes décident»: une manifestation à Paris pour le droit à l’avortement

© SputnikJournée internationale pour le droit à l'avortement, 28 septembre 2018, Paris
Journée internationale pour le droit à l'avortement, 28 septembre 2018, Paris - Sputnik France
S'abonner
Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées ce vendredi à Paris afin de manifester pour le droit des femmes à l’avortement. «Mon utérus, mon corps», «notre corps nous appartient»: c’est armés de tels slogans que les manifestants ont défilé aujourd’hui de la Place de la Bastille jusqu'au Théâtre Traversière.

Des affiches dans les mains, des slogans scandés haut et fort: un rassemblement de quelque 300 manifestants s'est tenu ce vendredi à Paris dans le cadre de la Journée internationale pour le droit à l'avortement. Des femmes de tous les âges, mais également des hommes, ont rejoint la manifestation qui s'est formée Place de la Bastille. Ils visent entre autres la dépénalisation totale de l'avortement.

«My uterus, my choice», «Ni Dieu ni maître, notre corps nous appartient», «Solidarité avec les femmes», «Droit à l'avortement, défense de l'hôpital public», «Les femmes décident»: ce n'était qu'une petite partie des slogans écrits sur les affiches que brandissaient les revendicateurs.

Dans une interview accordée à Sputnik lors du rassemblement, une manifestante a expliqué en quoi il était indispensable de se battre pour ce droit aujourd'hui:

«Aujourd'hui, quand on entend un Président des syndicats des gynécologues dire qu'un avortement est un homicide… c'est absolument inacceptable.»

Avant de poursuivre:

«C'est le droit des femmes, c'est pour ça qu'aujourd'hui il est absolument essentiel de donner l'accès à l'avortement à toutes les femmes dans de bonnes conditions et c'est aussi important de supprimer cette double clause de conscience sur l'avortement qui culpabilise les femmes, qui stigmatise encore cet acte d'avortement.»

Elle a également pointé du doigt le fait que des mouvements «anti-choix» se sont développés aux États-Unis et se développent également en Europe, notamment en Pologne et en Irlande. Les manifestants exigent «que les droits des femmes, la liberté à disposer de son corps, le droit à l'avortement et à la santé soient respectés dans tous les pays européens et inscrits comme droits fondamentaux pour l'égalité en Europe.»

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала