Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

L’explication de l’ex-journaliste de Quotidien Hugo Clément, accusé de harcèlement (vidéo)

S'abonner
Accusé de harcèlement par une ancienne camarade de promotion de son école de journalisme à Lille, le très médiatique reporter Hugo Clément a nié toutes les accusations mais évoqué un «règlement de comptes entre étudiants» et «une blague téléphonique».

Le journaliste Hugo Clément, invité de l'émission «C à vous» sur France 5, s'est défendu des accusations de harcèlement portées à son encontre par son ancienne camarade d'étude Nassira El Moaddem et s'est refusé à lui présenter ses excuses. Ces accusation sont réapparues à l'occasion du scandale provoqué par les révélations sur la Ligue du LOL, groupe Facebook privé dont plusieurs membres ont été mis en cause pour avoir harcelé en ligne des dizaines de personnes.

«Je n'ai jamais harcelé personne. (…) Je m'excuse quand j'ai fait une faute et il n'y a pas eu de faute», a-t-il expliqué.

Selon lui, «on essaie de faire passer une blague téléphonique pour du harcèlement», alors qu'il ne s'agirait en fait que d'un «règlement de comptes entre étudiants qui ne s'entendaient pas, qui ne s'entendent toujours pas aujourd'hui».

«C'était des idioties d'étudiants», et «absolument pas du harcèlement», s'est justifié M.Clément, tout en assurant qu'«on s'était excusés à l'époque». Pour le journaliste, ces accusations de harcèlement ne sont donc rien d'autre que de la «diffamation» et de la «calomnie».

Nassira El Moaddem avait posté sur Twitter son témoignage en décembre 2017, où elle affirmait entre autres avoir été harcelée en 2012 par plusieurs élèves de sa promotion, dont Hugo Clément. Ces harceleurs l'aurait piégée au téléphone.

À la suite de la révélation de l'existence du groupe Facebook La Ligue du LOL, particulièrement actif entre 2009 et 2013, ses membres sont accusés d'avoir harcelé plusieurs personnes, dont une grande majorité de femmes. De nombreux journalistes ont été suspendus ou licenciés par leur rédaction en raison de ces révélations. Parmi eux, Vincent Glad, fondateur du groupe, et Alexandre Hervaud, chef de service du journal Libération, ont été mis à pied à titre conservatoire par leur employeur.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала