Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«Petite fille»: clash entre un ex-Premier ministre canadien et une élue franco-ontarienne

CC0 / Dezalb / Ottawa
Ottawa - Sputnik France
S'abonner
Au cours de l’émission Tout le monde en parle diffusée le 17 mars par Radio-Canada, l’ancien Premier ministre du Canada Brian Mulroney a parlé de la députée franco-ontarienne Amanda Simard qu’il a qualifiée de «petite fille».

Dans l'émission Tout le monde en parle diffusée le 17 mars par Radio-Canada, l'ancien Premier ministre du Canada Brian Mulroney a parlé de la députée franco-ontarienne Amanda Simard qu'il a qualifiée de «petite fille».

le ministère russe des Affaires étrangères - Sputnik France
«Surpasser» Big Brother: Moscou réagit aux nouvelles sanctions du Canada
«La petite fille qui a démissionné, elle est partie. C'est fini là. Mais Caroline est toujours là pour défendre les intérêts des francophones de l'Ontario», a-t-il notamment lancé, questionné sur le rôle de la ministre des Affaires francophones Caroline Mulroney, sa fille, dans la crise linguistique ayant frappé la province en novembre dernier.

Il a ajouté que Mme Mulroney était la «meilleure voix que les francophones de l'Ontario pourraient jamais avoir».

Sur son compte Twitter, Mme Simard a riposté aux propos de l'homme politique en disant qu'ils appartenaient «à une autre époque» et qu'ils n'avaient pas «leur place dans une société respectueuse et égalitaire». Selon elle, Brian Mulroney a ainsi tenté de défendre sa fille Caroline, qui avait «complètement laissé tomber les Franco-Ontariens».

​Le 15 novembre dernier, le gouvernement de Doug Ford a pris la décision de mettre fin au projet de création de l'Université de l'Ontario français qu'il a justifiée par les «défis financiers» de la province. En janvier 2019, le gouvernement fédéral a pourtant annoncé un financement de 1,9 million de dollars pour la mise en œuvre de cet établissement.

Amanda Simard, élue députée de Glengarry-Prescott-Russell pour le Parti progressiste-conservateur de l'Ontario aux élections générales de l'an dernier, a décidé de quitter le parti après le refus de Doug Ford d'annuler l'abolition du projet.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала