Les enquêteurs privilégieraient une nouvelle hypothèse sur l’incendie de Notre-Dame

© Sputnik . Dominique Boutin / Aller dans la banque de photosLa cathédrale Notre-Dame de Paris après l'incendie
La cathédrale Notre-Dame de Paris après l'incendie - Sputnik France
Un court-circuit entre les cloches à l'origine du sinistre? Selon Marianne et Le Canard enchaîné, les premiers éléments de l'enquête pointeraient une installation dangereuse de cloches électrifiées dans la flèche de la cathédrale.

De nouvelles révélations sur l'origine de l'incendie de Notre-Dame ont vu le jour ce mercredi 24 avril. Le patron de la société Le Bras Frères, qui a monté l'échafaudage autour de la flèche de Notre-Dame, a assuré auprès de Marianne et du Canard enchaîné que six cloches reliées par des câbles électriques qui courraient dans les charpentes avaient été installées au-dessus du cœur de la cathédrale, au sein même de la charpente, ainsi qu'à l'intérieur de la flèche de Viollet-le-Duc.

Notre-Dame de Paris - Sputnik France
Les ouvriers travaillant à Notre-Dame ont gravement violé une interdiction explicite
Selon Le Canard, trois premières cloches de taille modeste avaient été installées en 2007 au-dessus de la clé de voute du transept. Trois autres cloches, remises en service en 2012, au moment de la rénovation des grandes cloches des beffrois, se trouvaient dans la flèche.

La cathédrale de Notre-Dame de Paris en proie aux flammes - Sputnik France
Erreur humaine? L’alerte incendie à Notre-Dame aurait sonné au bon endroit
Benjamin Mouton, architecte en chef des monuments historiques, a même confirmé au Canard que cette installation devait être «provisoire».
Compte tenu de ces informations, une question se pose: ces cloches pourraient-elles être à l'origine d'un court-circuit qui aurait provoqué l'incendie de la cathédrale?

Comme l'indiquent les médias cités, les enquêteurs de la brigade criminelle vont devoir entendre les responsables successifs de l'édifice afin de comprendre qui a autorisé ou n'a pas autorisé ces installations électriques dans les parties boisées. En outre, la question qui se posera aussi est de savoir pourquoi ces systèmes électriques compliqués n'avaient pas été coupés.

Plus tôt dans la journée du 24 avril, Le Canard enchaîné a révélé que sept mégots avaient été retrouvés en haut de l'échafaudage par les enquêteurs, alors que fumer à cet endroit est formellement interdit pour des raisons de sécurité. Le chef de l'entreprise l'a «reconnu et l'a «regretté». Il a estimé cependant que cela n'avait pas provoqué l'incendie.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала