Le père d’Assange suppose que l’Équateur a échangé son fils contre un crédit du FMI

John Shipton, le père du fondateur du site WikiLeaks Julian Assange, estime dans une interview que l’Équateur aurait pu échanger son fils contre un crédit du Fonds monétaire international.

Le père de Julian Assange, John Shipton, a affirmé dans une interview accordée à la chaîne de télévision 9News Australia que son fils avait été échangé par l'ambassade équatorienne contre un prêt du Fonds monétaire international.

«L'Équateur n'a pas sa propre monnaie. Il utilise le dollar des États-Unis… Vous ne pouvez pas obtenir un prêt du FMI à moins que les États-Unis ne l'approuvent», a-t-il expliqué.

Selon lui, un crédit aurait pu être octroyé moyennant un accord sur l'expulsion de Julian Assange de l'ambassade.

John Shipton craint qu'une fois extradé vers les États-Unis, son fils ne soit plus jamais libre.

Ricardo Patino avec Julian Assange - Sputnik Afrique
«Nous, les Équatoriens, nous en avons honte»: un ex-ministre sur l'arrestation d'Assange
Le fondateur de WikiLeaks est en détention après son arrestation à l'ambassade d'Équateur de Londres où il avait trouvé refuge il y a sept ans afin d'échapper à un mandat d'arrêt britannique pour des accusations de viol et d'agression sexuelle en Suède, qu'il a toujours niés.

Julian Assange fait également face à une demande d'extradition des États-Unis, qui l'accusent d'avoir aidé l'ex-analyste du renseignement américain Chelsea Manning à obtenir un mot de passe pour accéder à des milliers de documents classés secret-défense.

De son côté, le Président équatorien Lenin Moreno s'est efforcé de justifier sa décision de retirer l'asile accordé à Assange — ce qui a mené à son arrestation — en l'accusant d'avoir tenté de créer un «centre d'espionnage» dans l'ambassade d'Équateur à Londres.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала