Un porte-avions US et un B-52 mènent «une frappe simulée» à proximité de l’Iran

© AP Photo / Hassan AmmarUSS Abraham Lincoln
USS Abraham Lincoln - Sputnik France
L’US Air Force a annoncé avoir mené des exercices conjoints, entre le porte-avions USS Abraham Lincoln et plusieurs avions dont un B-52 près de la frontière maritime de l’Iran. Cette déclaration survient sur fond de tensions entre Washington et Téhéran.

Le porte-avions USS Abraham Lincoln, plusieurs chasseurs et hélicoptères et un bombardier nucléaire à long rayon d’action B-52H ont mené des exercices conjoints en mer d'Oman, non loin de la frontière avec l’Iran, a annoncé ce dimanche 2 juin l'armée de l'air américaine.

«Un B-52H Stratofortress affecté au 20e escadron expéditionnaire de bombardiers et faisant partie de la force opérationnelle de bombardiers de l’US Central Command, ainsi que l’escadre aérienne embarquée affectée au porte-avions USS Abraham Lincoln a mené des opérations conjointes dans la zone de responsabilité du Central Command», a indiqué la porte-parole de l’US Air Force, Jessica Paulauskas, dans un communiqué.

Des militaires de l'U.S. Army - Sputnik France
Les USA prêts à répondre par «la force militaire» à l’Iran
Selon l’USAF, le porte-avions et ses avions embarqués F/A-18 Super Hornet, les hélicoptères MH-60 Seahawk et E-2D Growler, ainsi que le B-52 ont simulé des frappes aériennes. Les hélicoptères MH-60R Seahawk, ainsi que le B-52H, ont mené des exercices de coordination des frappes et de reconnaissance.

Les tensions entre les États-Unis et l’Iran se sont exacerbées lorsque Washington a annoncé le déploiement dans le Golfe du porte-avions USS Abraham Lincoln et de B-52, invoquant des «menaces» de la part de l'Iran. Ce dimanche 2 juin, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré que les États-Unis seraient prêts à dialoguer avec l'Iran lorsqu'il commencerait à se comporter «comme une nation normale».

Essai d'un missile iranien. Image d'illustration. - Sputnik France
Téhéran promet que la première balle tirée dans le Golfe fera monter en flèche le prix du pétrole
Plus tôt cette semaine, le Président iranien, Hassan Rohani, avait déclaré que Téhéran était disposé à engager un dialogue avec les États-Unis si Washington lui montrait du respect et respectait les règles internationales.

Les relations américano-iraniennes se détériorent depuis mai 2018, lorsque les États-Unis se sont retirés unilatéralement de l'accord sur le nucléaire iranien et ont infligé à Téhéran une série de sanctions.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала