Platini placé en garde à vue pour corruption sur la Coupe du monde au Qatar

© AFP 2022 VALERY HACHE UEFA president Michel Platini attends the draw for the UEFA Europa League football group stage 2015/16, on August 28, 2015 in Monaco
UEFA president Michel Platini attends the draw for the UEFA Europa League football group stage 2015/16, on August 28, 2015 in Monaco - Sputnik France
Michel Platini, ancien président de l’UEFA et ex-capitaine de l’équipe de France de football, a été placé en garde à vue pour corruption sur la Coupe du monde au Qatar, selon les informations communiquées par Mediapart.

L’ancien numéro 10 des Bleus, Michel Platini, a été placé en garde à vue mardi 18 juin dans les locaux de l’Office anticorruption de la police judiciaire (OCLCIFF) à Nanterre (Hauts-de-Seine), dans le cadre de l’enquête pour corruption sur l'organisation de la Coupe du monde 2022 au Qatar, révèle Mediapart.

Le football et l'argent (image d'illustration) - Sputnik France
Dopage financier du PSG, Mondial 2022, Sarkozy, le Qatar: révélations des Football Leaks
Le média fait également état du statut de «suspect libre» en lien avec la même enquête préliminaire, confiée depuis 2016 au Parquet national financier (PNF), de Claude Guéant, ex-secrétaire général de l'Élysée et bras droit de Nicolas Sarkozy.

L’enquête est conduite pour «corruption privée», «association de malfaiteurs», «trafic d’influence et recel de trafic d’influence». 

Plus tard dans la journée, les conseils de l'ex-patron de l'UEFA ont fait savoir que Michel Platini n’avait «strictement rien à se reprocher» et qu’il affirmait «être totalement étranger à des faits qui le dépassent».

Il «ne s'agit en aucun cas d'une arrestation, mais d'une audition comme témoin dans le cadre voulu par les enquêteurs, cadre qui permet d'éviter que toutes les personnes entendues, puis confrontées, ne puissent se concerter en dehors de la procédure», indique le communiqué.

Qatar - Sputnik France
Des agents de la CIA sont-ils mêlés à l’organisation du Mondial 2022 au Qatar?
Les investigations ont été lancées en lien avec le choix du pays accueillant le Mondial 2022, fait en décembre 2010. À l'époque, 24 membres du comité exécutif de la FIFA avaient préféré le Qatar aux candidatures de l’Australie, du Japon, de la Corée du Sud et des États-Unis. Le Parquet national financier (PNF) cherche à établir le rôle joué dans cette affaire par la France et ses représentants politiques et sportifs.

De nombreux membres de la FIFA sont depuis accusés d'avoir reçu des pots-de-vin du Qatar afin de perturber le vote. Dans ses révélations de 2018, le Sunday Times a estimé que les candidatures concurrentes pour le Mondial 2022 avaient été sapées par le biais d'«opérations noires» du comité d'organisation du Qatar.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала