Pour l’Arabie saoudite, le rapport de l’Onu sur le meurtre de Khashoggi est sans «fondement»

© AP Photo / Julie JacobsonPedestrians walk by United Nations Headquarters, lit up in blue light, a day in advance of the 70th Anniversary of the U.N., Friday, Oct. 23, 2015, in New York
Pedestrians walk by United Nations Headquarters, lit up in blue light, a day in advance of the 70th Anniversary of the U.N., Friday, Oct. 23, 2015, in New York - Sputnik France
Le rapport sur l’affaire Khashoggi rendu par un expert de l’Onu a suscité la critique de l’Arabie saoudite. Son ministre des Affaires étrangères a déclaré que le document contenait des contradictions évidentes, pointant «des allégations sans fondement».

Agnès Callamard, rapporteuse spéciale des Nations unies, a rendu son rapport concernant l’enquête menée sur l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. Celui-ci a été vivement critiqué par l’État saoudien qui le juge sans «fondement».

«Le rapport contient des contradictions et des allégations sans fondement, ce qui met en doute sa crédibilité», a affirmé sur Twitter le ministre des Affaires étrangères saoudien, Adel al-Joubeir.

Dans son rapport rédigé au terme de six mois d'enquête, Agnès Callamard affirme que Khashoggi a été victime d'une exécution délibérée, désignant notamment l'Arabie saoudite comme responsable de sa mort: «M.Khashoggi a été la victime d'une exécution délibérée, préméditée, d'une exécution extrajudiciaire dont l'État d'Arabie saoudite est responsable au regard du droit international lié aux droits de l'Homme».

Jamal Khashoggi - Sputnik France
L’Onu dit détenir des preuves de l’implication du prince héritier saoudien dans le meurtre de Khashoggi

Toutefois, pour Adel al-Joubeir, «il n'y a rien de neuf», affirmant sur le réseau social que le rapport se contente de répéter les informations relayées par les médias.

Résident américain, contributeur du Washington Post, Khashoggi était un observateur critique du pouvoir saoudien, en particulier du prince héritier, Mohammed ben Salmane. Le journaliste a été vu pour la dernière fois le 2 octobre dernier alors qu'il pénétrait au consulat général d'Arabie saoudite à Istanbul. Après de multiples déclarations contradictoires, Riyad a reconnu qu'il avait été tué et démembré par des agents saoudiens, mais nie toute implication du prince héritier. Son corps n'a pas été retrouvé.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала