Éventuel retrait des USA du traité Ciel ouvert? Moscou n’a reçu «aucune déclaration officielle»

© Sputnik . Natalia Seliverstova / Aller dans la banque de photosLe ministère russe des Affaires étrangères
Le ministère russe des Affaires étrangères - Sputnik France
Évoquant les informations sur un éventuel retrait des États-Unis du traité Ciel ouvert, le ministère russe des Affaires étrangères a indiqué que Washington n’avait fait pour le moment «aucune déclaration officielle» sur ce document que la Russie considérait comme «un instrument important de garantie de la sécurité européenne».

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré que les États-Unis n’avaient pas informé la Russie de leur retrait du traité Ciel ouvert.

«Jusqu’ici, aucune déclaration officielle au sujet du retrait des États-Unis du traité Ciel ouvert n’a été faite. Les parlementaires américains se permettent régulièrement de tels propos que le ministère russe des Affaires étrangères ne commente pas», a-t-elle indiqué.

Elle a fait remarquer dans ce contexte que la Russie considérait ce document comme «un instrument important de garantie de la sécurité européenne» et s’est félicitée de la distribution «des quotes-parts actives de vols d’observation pour 2020».

Le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, a appelé pour sa part à «percevoir toutes ses déclarations très prudemment» et à attendre «des confirmations plus ou moins officielles».

Les États-Unis se sont précédemment retirés du traité FNI.

Vers un éventuel retrait?

Eliot Engel, membre de la Chambre des représentants des États-Unis, a évoqué la possibilité pour son pays de quitter le traité Ciel ouvert. Selon lui, Washington examinerait le retrait du document, ce qui deviendrait une menace pour l’intégrité de l’Otan.

Maison-Blanche  - Sputnik France
Les USA pourraient se retirer du traité Ciel ouvert, qui leur permet de survoler la Russie
Il n’a pourtant pas précisé d’où provenaient ces informations.

Le traité Ciel ouvert a été signé le 24 mars 1992, à Helsinki. Il prévoit des vols de surveillance non armés sur la totalité du territoire des États parties et vise à renforcer la compréhension et la confiance mutuelle en permettant à tous ses participants de jouer un rôle direct dans la collecte d'informations sur les forces militaires des autres pays membres. Les États-Unis l'ont ratifié en 1993 et la Russie en 2001. Le document est entré en vigueur le 1er janvier 2002.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала