Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Il asperge à l’ammoniaque le visage des agents de sécurité de son hôpital à Thionville

S'abonner
Connu pour sa schizophrénie, un homme a été interpellé après avoir menacé avec un couteau un SDF et blessé deux agents de sécurité de l’hôpital Bel-Air de Thionville en aspergeant leurs visages avec de l’ammoniaque.

La police municipale a interpellé un homme d’une quarantaine d’années après qu’il a semé la panique au service des urgences de Thionville en aspergeant d’ammoniaque le visage de deux agents de sécurité, relate Le Républicain lorrain. Les faits se sont produits mardi 26 novembre.

Selon le quotidien, l’interpellé est un patient qui a été diagnostiqué schizophrène. Tout a commencé quand il a menacé au couteau un sans domicile fixe, près d’une poste.

Prendre la fuite pour revenir avec de l’ammoniaque

Le mis en cause a été amené à l’hôpital Bel-Air, dans l’attente d’être transporté à l’hôpital psychiatrique de Jury. En attendant son transfert, il a été autorisé à prendre une douche. Il a ainsi profité de l’occasion pour prendre la fuite.

Le média indique que le fuyard est retourné dans son logement de la Côte-des-Roses avant de revenir dans l’établissement de santé avec de l’ammoniaque dont la provenance n’a pas encore été déterminée.

Fusillades en milieu scolaire: ce spot de prévention à voir d’urgence - Sputnik France
Un tir à l’arme automatique à proximité d’une boîte de nuit parisienne fait un blessé grave

Le patient a ainsi décidé d’attaquer deux agents de sécurité, présents à l’hôpital, en les aspergeant avec la solution aqueuse au visage. Leur état de santé est stable et leurs yeux ont été suffisamment bien rincés.

D’après Le Républicain lorrain, les urgences ont été fermées pendant près d’une heure, car il fallait renouveler l’air dans l’établissement par mesure de sécurité, en raison des émanations nocives de l’ammoniaque. Une dizaine de personnes ont été évacuées pour que les pompiers puissent effectuer une ventilation du site.

L’interpellé a été calmé avec un sédatif et il a passé la nuit à l’hôpital psychiatrique de Jury.

Il s’est avéré que l’auteur des faits était déjà connu des services de police, car dans le passé il avait menacé un gardien du 40e Régiment de transmissions avec une arme blanche.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала