Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les dépôts pétroliers de Brest et de Lorient bloqués par des entrepreneurs - photos

CC0 / Didgeman / CamionCamion (image d'illustration)
Camion (image d'illustration) - Sputnik France
S'abonner
Des chefs d’entreprise du BTP bloquent actuellement les accès aux dépôts pétroliers de Lorient (Morbihan) et de Brest (Finistère). À Brest, une cinquantaine d’entrepreneurs se sont mobilisés contre une hausse annoncée de 45% du prix du carburant. Ces actions ont été relayées sur les réseaux sociaux.

Depuis le 28 novembre, des entrepreneurs du bâtiment et des travaux publics (BTP) se mobilisent contre la fin annoncée du gazole non routier (GNR), soit contre la hausse du prix du carburant. À Brest, une cinquantaine de chefs d’entreprises du BTP venus du Finistère et des Côtes-d’Armor ont commencé jeudi soir à bloquer avec leurs camions les accès aux dépôts pétroliers de Brest. Des opérations semblables se déroulent à Lorient et Vern-sur-Seiche, près de Rennes, rapporte Ouest-France.

​«On reprend le même combat. Comme il y a un an! On se bat pour travailler», affirme au quotidien Éric Tanguy venu de Plestin-les-Grèves (Côtes-d’Armor). «Le mouvement n’est porté que par des chefs d’entreprise et quelques salariés. On commence aujourd’hui, jeudi 28 novembre, pour bien différencier notre mouvement de celui du 5 décembre, contre les retraites. Et on porte des gilets oranges, pas jaunes!», ajoute-t-il.

​Pour Éric, la fin du gasoil non routier risque de menacer les entreprises et les emplois, car elle entraînerait une hausse de 45 % du prix au litre. Il est également préoccupé par les vols de carburant sur les engins de chantier.

«L’an passé, on nous avait promis une pause et on avait cessé notre blocage. Mais, la hausse est de nouveau sur le tapis. Elle interviendra en trois étapes d’ici le 1er janvier 2022», explique-t-il à Ouest-France.

L’accès empêché par la police

Algérie - Sputnik France
La crise économique s’accentue en Algérie et mettrait en péril les emplois de 175.000 travailleurs du BTP
Vers 21h30, la police a d’abord empêché une cinquantaine d’entrepreneurs d’accéder à l’entrée du Stock Brest à l’aide de plusieurs fourgons.

Vers 22h, après des négociations pour ne pas entraver la circulation rue Alain-Colas, qui relie le port de commerce au port de plaisance, la police a évacué une partie des lieux pour laisser les entrepreneurs s’approcher du dépôt pétrolier, à condition qu’ils stationnent sur le trottoir. Mais il y a quand même eu blocage. Les manifestants se disent déterminés à rester là jusqu’à ce que leurs revendications soient satisfaites.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала