Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les problèmes judiciaires de Dieudonné à l'international continuent

© AFP 2021 JACQUES DEMARTHONDieudonné lors d'une conférence de presse
Dieudonné lors d'une conférence de presse - Sputnik France
S'abonner
L'humoriste Dieudonné a été convoqué par la justice genevoise pour une «audition» en janvier, suite aux plaintes déposées par une association de lutte contre l'antisémitisme qui l'accuse d'avoir tenu des propos négationnistes lors de spectacles en Suisse, a appris l’AFP lundi. Il avait été condamné en Belgique en 2017.

Le bureau du procureur genevois a indiqué à l'AFP «avoir convoqué Dieudonné M'bala M'bala en qualité de prévenu pour une audition le 17 janvier».

Selon le calendrier de l’artiste, il devrait se produire ce jour-là à Bergerac (sud-ouest de la France).

Cette audition fait suite à diverses plaintes déposées cette année par la Coordination intercommunautaire suisse contre l'antisémitisme et la diffamation (Cicad).

«Ce sont les premières plaintes déposées en Suisse contre Dieudonné», a déclaré à l'AFP le secrétaire général de la Cicad, Johanne Gurfinkiel.

L'association accuse Dieudonné d'avoir tenu des «propos négationnistes sur les chambres à gaz» lors de ses spectacles à Nyon, en janvier, et à Genève, en juin.

A cela s'ajoute, une plainte pour «injure publique» à l'encontre de la Cicad, qui dénonce des propos tenus durant le spectacle.

Récent jugement en France

Habitué des tribunaux, l’humoriste de 53 ans a été plusieurs fois condamné en France pour ses sorties antisémites. Le 27 novembre, il a été condamné à 9.000 euros d'amende pouvant se transformer en emprisonnement en cas de non-paiement, pour complicité d'injure à caractère antisémite, après la publication d'une vidéo et d'une chanson intitulées «C'est mon choaaa».

Condamné en Belgique

Dieudonné ne peut plus se produire dans des salles de spectacle en Belgique depuis sa condamnation pour propos racistes par la Cour d'appel de Liège en 2017. La Cour de cassation avait confirmé ce jugement le condamnant à deux mois de prison ferme et à 9.000 euros d’amende. Le tribunal a retenu l'incitation à la haine et la tenue de propos antisémites en 2012.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала