Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Une meute de chiens errants aurait massacré un poney et une dizaine de moutons dans l’Hérault

S'abonner
«Heureusement que ma petitoune n’a pas vu ça». Un poney shetland, offert à une fillette de six ans, ainsi qu’une dizaine de moutons ont été mordus à mort probablement par une meute de chiens dans l’Hérault.

Une meute de chiens errants pourrait être à l’origine de la mort d’un poney et d’une dizaine de moutons à Pignan et à Saussan (Hérault), les 4 et 7 décembre derniers, raconte Midi libre.

Le poney, de type shetland et âgé de six ans, avait été acheté pour une fillette du même âge, raconte sa grand-mère. L’animal a été retrouvé le 7 décembre mordu en plusieurs endroits et «agonisant» sur le terrain clôturé où il était abrité par un ami de la famille à Pignan.

«Tous les soirs, il enferme le poney, mais ce soir-là, il n’a pas pu. Il a entendu des aboiements dans la soirée et a cru que c’était à cause des sangliers», a déclaré la femme, qui vit dans une commue avoisinante, à Saussan.

Au matin, l’animal a été retrouvé lardé de morsures, «presque démembré sur une patte arrière». La grand-mère suggère que cela pourrait être l’œuvre de chiens errants. Après diagnostic du vétérinaire, l’animal a été euthanasié. «Heureusement que ma petitoune n’a pas vu ça», a-t-elle affirmé.

Le même sort d’une dizaine de moutons

Un autre événement du même genre s’est produit au même endroit. Une dizaine de moutons ont été attaqués et tués dans les mêmes conditions pendant la journée.

«Le 4 décembre, j’ai vu des moutons courir sur la route et l’un d’eux s’est retrouvé sur mon terrain, il était ensanglanté sur la patte arrière», a témoigné un riverain.

Un loup (image d'illusttration) - Sputnik France
Une meute de loups entame une «chasse à l’homme» en Russie – vidéo
Le maire de Saussan s’est mobilisé pour résoudre l’affaire et a fait appel à la police municipale du village.

«C’est exceptionnel en termes d’envergure, c’est du jamais vu dans le secteur mais on n’a aucune preuve que ce soit des chiens, dit-il. On met tout en œuvre pour avoir des éléments. On ne veut pas qu’un humain soit attaqué, pendant son footing par exemple.»

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала