Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Homme tué par la police à la Défense: enquête de l'IGPN pour «meurtre»

© REUTERS / Charles PlatiauIntroduite par la loi Pacte, la qualité de société à mission «offre la possibilité aux entreprises qui le souhaitent de se doter d’une raison d’être dans leurs statuts intégrant la prise en compte des impacts sociaux, sociétaux et environnementaux de leurs activités».
Introduite par la loi Pacte, la qualité de société à mission «offre la possibilité aux entreprises qui le souhaitent de se doter d’une raison d’être dans leurs statuts intégrant la prise en compte des impacts sociaux, sociétaux et environnementaux de leurs activités». - Sputnik France
S'abonner
Une enquête judiciaire pour «meurtre» a été ouverte après la plainte de la mère de l'homme tué vendredi à la Défense par des policiers qu'il avait menacés avec une scie, a appris l'AFP mercredi de source judiciaire.

Cette enquête préliminaire a été confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), la «police des polices», après le dépôt vendredi de cette plainte auprès du commissariat de Nanterre, selon cette même source.

Les forces de l’ordres face à des Gilets jaunes sur les Champs-Élysées le 24 novembre 2018 - Sputnik France
Main arrachée lors de l’acte 2: malgré l’enquête de l’IGPN, l’affaire classée sans suite
L'IGPN avait déjà été saisie d'une enquête administrative concernant cet homicide, une procédure systématique lorsqu'un policier fait usage de son arme de service.

Une enquête de flagrance pour tentative de meurtre sur personne dépositaire de l'autorité publique avait également été confiée à la police judiciaire des Hauts-de-Seine dès vendredi soir, selon la même source.

Vendredi, cet homme de 42 ans, échappé d'un établissement psychiatrique où il avait était interné d'office, avait été mortellement blessé par balles par des policiers après les avoir menacés avec une scie, dans un sous-sol du quartier d'affaires où il avait élu domicile.

Marocain en situation irrégulière et «en voie de clochardisation», il aurait lancé: «Je suis un terroriste» avant de succomber, avait indiqué la procureure de la République de Nanterre.

Mais le caractère terroriste de l'agression a rapidement été écarté.

Selon le directeur territorial de la Sécurité de proximité des Hauts-de-Seine Bernard Bobrowska, qui s'était exprimé vendredi lors d'une conférence de presse, les policiers ont agi «en état de légitime défense».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала