Attaque de Villejuif: l’agresseur a crié «Allahu akbar» selon le procureur

© AFP 2022 Bertrand GUAYPolice à Villejuif. Image d'illustration
Police à Villejuif. Image d'illustration - Sputnik France
L’auteur de l’attaque perpétrée vendredi 3 janvier à Villejuif a crié «Allahu akbar» et épargné un passant qui s’était dit musulman, a fait savoir la procureure de la République de Créteil.

Le jeune homme qui a poignardé plusieurs personnes vendredi 3 janvier dans un parc de Villejuif a crié «Allahu akbar» avant d’attaquer les passants, a déclaré la procureure de la République de Créteil, Laure Beccuau, lors d’une conférence de presse.

«L’agresseur a crié "Allahou akbar" et a épargné une première personne qui lui a déclaré être musulman. Il lui a demandé de réciter une prière en arabe, ce qu’il a fait», a fait savoir la responsable.

Préfecture de poloce de Paris - Sputnik France
Après l’attentat à la préfecture, le nombre de signalements pour radicalisation est en hausse dans la police
En réaction, l’agresseur a changé de cible pour s’attaquer à un couple de joggeurs, affirme-t-elle. Toujours selon Mme Beccuau, l’assaillant «s’est converti à l’islam en mai-juin 2017».

Et d’ajouter qu’il n’était pas «du tout à exclure» que le parquet antiterroriste s'occupe de l'enquête.

Plus tard dans la journée de samedi, le parquet national antiterroriste a effectivement annoncé qu'il s'était saisi de l'enquête sur l'agression de Villejuif.

Des ouvrages salafistes trouvés dans son sac

L’auteur de l’attaque, Nathan C., âgé de 22 ans et atteint de «troubles psychologiques», a tué une personne et en a blessé deux autres avant d’être abattu par des policiers de la Brigade anticriminalité (BAC).

Une voiture de police devant le palais de Justice de Paris (image d’illustration) - Sputnik France
Accusé de radicaliser des jeunes, un fiché S réclame justice
L’agresseur a été identifié grâce à la carte bancaire retrouvée dans son sac, lequel contenait en outre un exemplaire du Coran, des ouvrages salafistes et un testament, selon les médias français.

Par la suite, le parquet de Créteil a indiqué que l'assaillant habitait le 14e arrondissement de Paris et avait été régulièrement hospitalisé en service psychiatrique. Selon le ministère de l'Intérieur, il était inconnu du renseignement au titre de la radicalisation.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала