Crise libyenne: Alger et Rome accordent leurs violons à deux jours du sommet de Berlin

Le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, s’entretient aujourd’hui à Alger avec son homologue algérien Abdelaziz Djerad ainsi qu’avec le Président Abdelmadjid Tebboune sur la crise libyenne, indique un communiqué officiel. Cette rencontre permettra aux deux parties de coordonner leurs positions à deux jours du sommet de Berlin sur la Libye.

À deux jours du sommet de Berlin sur le conflit en Libye, le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, s’est rendu jeudi 16 janvier à Alger où il sera reçu par son homologue algérien Abdelaziz Djerad et par le Président Abdelmadjid Tebboune, indique un communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères. Les responsables mèneront d’intenses concertations sur la crise libyenne, précise la même source. Cette visite intervient une semaine après celle effectuée à Alger par le chef de la diplomatie italienne Luigi Di Maio.

«Cette visite, qui s’inscrit dans la dynamique des efforts de la communauté internationale pour circonscrire le conflit en Libye et lui apporter une solution durable, permettra aux responsables des deux pays de poursuivre et d’approfondir leur concertation sur la crise libyenne mais aussi sur les questions régionales et internationales d’intérêt commun», affirme le communiqué.

Manoeuvres avec munitions réelles «Borkane 2020» en 4e région militaire à Ouargla - Sputnik France
Les exercices à munitions réelles à la frontière avec la Libye, un message explicite de l’armée algérienne?
Par ailleurs, le ministère souligne que «la diplomatie algérienne est particulièrement engagée sur la question libyenne et qu’elle mène depuis plusieurs semaines des efforts intenses en vue de créer les conditions propices à une relance effective du dialogue inter-libyen et à l’initiative de paix des Nations-unies». «Ces mêmes efforts ont d’ailleurs contribué au cessez-le-feu observé sur le terrain», ajoute la même source.

Les positions d’Alger et de Rome «convergent» sur la Libye

Lors d’une conférence de presse conjointe tenue jeudi 9 janvier à Alger, le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio, en visite depuis la veille dans le pays, et son homologue algérien Sabri Boukadoum, ont affirmé que les positions des deux pays sur le dossier libyen étaient «convergentes».

Alger - Sputnik France
L’Algérie et l’Italie affirment que leurs positions «convergent» sur la Libye
Ainsi, le chef de la diplomatie italienne a fait part de «la convergence [ente les deux pays, ndlr] sur la nécessité de la solution pacifique en Libye», a rapporté le site d’information ALG24. L’Italie demeurera «l’amie du peuple algérien et de son gouvernement» et travaillera aux côtés de l’Algérie dans tous les domaines, notamment la lutte contre le terrorisme, a-t-il ajouté.

Pour sa part, Sabri Boukadoum a affirmé que «la coordination entre l’Algérie et l’Italie était très bonne au sujet de la situation en Libye».

Le sommet de Berlin

Après le soutien apporté par l’Algérie et l’Égypte à l'appel lancé le 8 janvier par la Turquie et la Russie, à savoir l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu en Libye à partir du 12 janvier, une perspective de résolution pacifique du conflit s’était ouverte.

In this March 18, 2015 file photo, Gen. Khalifa Haftar, then Libya's top army chief, speaks during an interview with the Associated Press in al-Marj, Libya.  - Sputnik France
Une «erreur stratégique majeure» d’Erdogan a-t-elle mis Haftar en position de force en Libye?
Ainsi, après un round de négociations tenu lundi 13 janvier à Moscou entre les différentes parties libyennes, l’Allemagne, à son tour, a appelé à un sommet pour dimanche 19 janvier, à Berlin, afin de tenter de sauver la paix dans ce pays d’Afrique du Nord.  

Berlin a invité 10 pays à participer au sommet, à savoir les États-Unis, la Russie, la Chine, le Royaume-Uni, la France, la Turquie, l’Italie, l’Égypte, les Émirats arabes unis et l’Algérie.

«Nous n'avons jamais considéré la réunion à Moscou comme définitive, mais comme une rencontre pour promouvoir la paix et pour la contribution à la conférence de Berlin. Nous avons recommandé à l'Allemagne d'inviter les Libyens et nous espérons qu'ils réagiront positivement à cette proposition. Le processus est en cours, il se poursuit», a déclaré Sergueï Lavrov lors de la conférence de politique internationale Raisina Dialogue qui a eu lieu mercredi 15 janvier à New Delhi, en Inde.

Après l’écoulement du délai de réflexion demandé par le maréchal Khalifa Haftar, chef de l’armée nationale libyenne (ANL), sur l’accord de cessez-le-feu négocié sous l'égide d'Ankara et Moscou, le chef libyen a quitté la capitale russe sans apposer sa signature sur le document, signé en revanche par son rival Fayez el-Sarraj, chef du gouvernement d'union nationale libyen (GNA) basé à Tripoli.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала