Un moyen original pour lutter contre le trafic de drogues proposé par le préfet du Morbihan

Le préfet du Morbihan a annoncé son intention d’employer des drones automatisés pour contrer le trafic de drogue dans certains quartiers de Vannes.

Dans le cadre d’un projet expérimental, des drones automatisés seront utilisés dans le Morbihan pour traquer les trafiquants ainsi que les consommateurs de drogues, a fait savoir le préfet du Morbihan Patrick Faure, cité par RTL.

Une voiture de police devant le palais de Justice de Paris (image d’illustration) - Sputnik France
En France, des tonnes de drogue trouvées dans une ancienne gare transformée en laboratoire
Selon l’officiel, des appareils seront testés avant l’été dans certains quartiers de Vannes. Les images prises par les drones pourront servir à terme à élucider certaines affaires, explique le préfet.

«Il faut que les consommateurs aient peur, peur de voir les policiers et peur d’avoir affaire aux policiers. S’il y a moins de consommateurs, il y aura donc moins de dealers en utilisant des drones qui iront faire des rondes automatiques», assure M.Faure au micro de RTL.

«Inverser le sens du stress»

emballages de cocaïne - Sputnik France
Ce talon d’Achille des aérodromes français dont profitent les trafiquants de drogue
Toujours d’après le préfet, il faut «inverser le sens du stress» au sein de la communauté urbaine:

«Il faut que l’immense majorité des gens qui n’ont rien à craindre parce qu’ils respectent les lois et règlements ne soient plus stressés et que ce soient ceux qui sont en infraction qui soient totalement stressés», explique-t-il.

RTL souligne en outre que les drones pourraient servir pour repérer les excès de vitesse sur les routes.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала