Fillon aurait été «pendu sous l'Ancien régime»: le procureur en charge de l'ex-candidat dérape en plein procès

© AFP 2022 LIONEL BONAVENTUREFrancois et Penelope Fillon
Francois et Penelope Fillon - Sputnik France
Le procès des époux Fillon s’est ouvert mercredi 26 février, 48 heures après un report en solidarité avec le mouvement de grève des avocats contre la réforme des retraites. La séance a pourtant été marquée par un parallèle polémique fait par le procureur avec l’Ancien régime.

La séance du mercredi 26 février du procès des époux Fillon a débuté avec le dépôt par les avocats de deux questions prioritaires de constitutionnalités (QPC) dont l’examen a donné lieu à une déclaration de l’accusation qui a fait du bruit.

Quand l’avocat de François Fillon s’est étonné de «voir le parquet remettre de la politique dans ce dossier», l’accusation n’a pas hésité  à invoquer l’Ancien régime. 

«Le délit de détournement de fonds publics était puni d’une peine de mort par pendaison sous l’Ancien régime», a martelé le procureur.

Et d’ajouter: «C’est un délit grave».

Les époux Fillon ont écouté sans broncher cette déclaration qui a fait rire dans la salle d’audience et qui répondait à la seconde QPC portant sur le délit de détournements de fonds publics..

La première QPC concernait les délais de prescription permettant de poursuivre des faits remontant à 1998. Me Pierre Cornut-Gentille, avocat de Penelope Fillon, a notamment attiré l’attention sur l’ouverture rapide d’une enquête par le parquet national financier après les révélations du Canard enchaîné. 

«Cette promptitude, c’est déjà une particularité», a-t-il insisté. 

De quoi sont-ils accusés?

François Fillon - Sputnik France
Fillon déterminé à donner «sa vérité» aux Français avant son procès
François Fillon, son épouse Penelope et son ancien suppléant à l'Assemblée Marc Joulaud seront jugés au tribunal correctionnel de Paris, dans l'affaire des emplois fictifs dont aurait bénéficié Mme Fillon, une affaire qui avait plombé la campagne du candidat de la droite à la présidentielle de 2017.

François Fillon, 65 ans, devra notamment répondre de «détournement de fonds publics» sur plusieurs périodes entre 1998 et 2013, de «complicité et recel», de «complicité et recel d'abus de biens sociaux». Mais aussi de «manquement aux obligations déclaratives de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала