Khamenei qualifie d’«étrange» la proposition d’aide des USA en pleine pandémie

© AP Photo / Office of the Iranian Supreme Leader Ali Khamenei
Ali Khamenei - Sputnik France
Le guide suprême de l'Iran a rejeté la proposition d’aide dans la lutte contre le coronavirus formulée par les États-Unis, qualifiant de plus les dirigeants américains de «charlatans et menteurs».

La proposition des États-Unis d'aider l'Iran à lutter contre la pandémie de coronavirus est étrange, a déclaré le guide suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, dans un discours télévisé le 22 mars. Il a en outre qualifié de «charlatans et menteurs» les dirigeants américains.

Malgré des tensions vives, Washington a offert une aide humanitaire à l'Iran alors que ce pays lutte contre le coronavirus, rappelle Reuters. L'Iran est le pays le plus touché du Moyen-Orient avec plus de 1.500 décès et 20.610 personnes infectées.

Une méfiance tenace

«Plusieurs fois, les Américains ont proposé d'aider l'Iran à contenir le virus... Vous êtes accusés d'avoir créé ce virus. Je ne sais pas à quel point cette accusation est réelle, mais lorsqu'elle existe, qui, dans son bon sens, vous ferait confiance pour lui apporter des médicaments?», a déclaré M.Khamenei.

Un masque - Sputnik France
Près de 400 morts en Espagne en 24 heures à cause du Covid-19, selon le ministère de la Santé
«Mis à part le fait que vous avez des défauts dans votre manière de lutter contre le virus, que faire si vous nous donnez un médicament qui aidera le virus à rester en Iran en permanence?»

La République islamique a la capacité de surmonter «tout type de crise et de défis, y compris l'épidémie de coronavirus», a assuré le leader spirituel.

Le conflit continue

Les tensions sont vives entre l'Iran et les États-Unis depuis 2018, lorsque Donald Trump s’est retiré de l'accord sur le nucléaire iranien conclu avec six autres puissances en 2015 et a réimposé des sanctions qui ont paralysé l'économie du pays.

Le conflit s’est aggravé lorsque M.Trump a ordonné une frappe de drone qui a tué le haut commandant militaire iranien Qassem Soleimani le 3 janvier dernier. Téhéran a riposté en frappant des cibles américaines en Irak le 8 janvier.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала