Des chiens brûlés à la javel après une «désinfection» par leurs maîtres

De retour de balades, certains maîtres cherchent à «désinfecter» leurs chiens et leurs chats à cause de la pandémie de coronavirus qui prend de l’ampleur en France. Mais le recours à la javel ou à la solution hydroalcoolique peut provoquer des «brûlures» et des «comas éthyliques», explique une vétérinaire de Sciez (Haute-Savoie) à France Bleu.

Certains animaux de compagnie se retrouvent eux aussi victimes du coronavirus, mais d’une manière bien différente. En effet, il leur arrive notamment d’être brûlés ou intoxiqués par leurs propres maîtres qui veulent les «nettoyer» après des balades à l’extérieur.

Comme l’a raconté à France Bleu Charlotte Piquet, vétérinaire à Sciez (Haute-Savoie), son service reçoit désormais des appels alarmants.

Chaleur - Sputnik France
La chaleur capable de faire «pourrir» le coronavirus s’établira en Russie à cette période
«On nous demande: comment désinfecter mon animal en rentrant de balade? Qu'est-ce que je dois lui mettre sur la langue parce qu'il a léché partout par terre? Qu'est-ce que je dois lui mettre sur les pattes, voire avec quoi je peux le nettoyer entièrement?», a-t-elle raconté.

La javel et la solution hydroalcoolique

Selon Mme Piquet, dans la plupart des cas, les gens pensent à la javel ou à la solution hydroalcoolique.

«Le premier danger, ce sont les brûlures, soit par contact, soit par la suite quand l'animal lèche son pelage. Et puis il y a de rares cas de comas éthyliques, avec un animal complètement saoul après avoir ingéré de l’alcool.»

Les vétérinaires ont même eu besoin de faire une publication sur Facebook le 29 mars dans laquelle ils avaient appelé à ne pas utiliser des produits corrosifs.

Ils ont également souligné que même s’ils n’avaient jamais reçu de cas graves, leurs confrères avaient signalé «le coma éthylique pour des chats qui ont été lavés au gel hydroalcoolique» et «des intoxications et des brûlures cutanées à cause de l'utilisation de désinfectant sur les chiens et chats».

Transmission peu probable

La transmission via les animaux a été considérée comme peu probable par l'agence sanitaire Anses et l'Organisation de la santé animale (OIE).

Néanmoins, l’Académie des sciences a fourni une consigne aux propriétaires de chats et de chiens: se laver régulièrement les mains quand ils s'occupent de leur animal et ne «pas le laisser vous lécher le visage».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала