Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Des gendarmes mis en cause après un contrôle d’attestation «anormalement violent»

© AP Photo / Michel EulerCoronavirus en France
Coronavirus en France - Sputnik France
S'abonner
Un contrôle d’attestation délicat a débouché sur une plainte déposée contre des gendarmes, en Seine-et-Marne. Le plaignant dénonce l’agressivité des forces de l’ordre. Un gendarme évoque pour sa part une tension et un délit d’outrage.

Un retraité a déposé plainte contre les gendarmes après un contrôle d’attestation trop agressif selon lui, rapporte Le Parisien. 

Voiture de police - Sputnik France
Un jeune de 14 ans se tue au volant en fuyant un contrôle de police à Clermont-Ferrand
Les faits se sont déroulés à La Ferté-sous-Jouarre, dans la région de Meaux, ce mercredi 22 avril.

L’homme de 72 ans dit avoir vu les gendarmes contrôler deux jeunes dans la rue, dont un de ses fils. Les forces de l’ordre se sont ensuite portées à sa hauteur pour le contrôler également, lui demandant son attestation de sortie. Le retraité a refusé de produire le document, qu’il avait pourtant sur lui, par peur d’être contaminé, relate Le Parisien.

Un contrôle «anormalement violent»?                           

D’après ses dires, le retraité a alors reçu du gaz lacrymogène et a été plaqué au sol. L’intéressé parle d’un contrôle «anormalement violent».

Un des gendarmes déclare pour sa part avoir eu affaire à un attroupement. Selon lui, la tension est montée, un délit d’outrage et rébellion ont été constaté.

Suite à cela, le retraité a été emmené à la brigade. Mais, victime d’un malaise, il a dû être conduit à l’hôpital de Meaux. Interrogé par Le Parisien, son avocat Me Amaury Auzou se désole de cette situation.

«Mon client était en règle, il allait faire ses courses. Il a essayé de discuter. Il ne comprend pas pourquoi on s'en est pris à lui […]. Il ne faudrait pas qu'il y ait des gardes à vue de confort, maintenant, pour justifier un débordement», déclare-t-il au quotidien.

Le parquet de Meaux a demandé l’ouverture d’une enquête pour faire la lumière sur ces faits.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала