Défaillances cardiaques chez des enfants: «une alerte, pas encore un constat», selon Véran

Une vingtaine d’enfants ont été hospitalisés en réanimation en région parisienne durant ces trois dernières semaines avec un syndrome inflammatoire rare. Sans écarter le lien avec le Covid-19, le ministre de la Santé Olivier Véran indique qu’«il s'agit d'une alerte et pas encore d'un constat».

Se prononçant ce 29 avril lors de la séance de questions au gouvernement au sujet des «défaillances cardiaques signalées chez les enfants», Olivier Véran a indiqué prendre ça «avec beaucoup de sérieux», tout en précisant qu’«à ce stade, il s'agit d'une alerte et pas encore d'un constat».

«Ce sont environ 15 enfants en France depuis la mi-avril qui présentent une maladie qui ressemble à ce qu'on appelle la maladie de Kawasaki, qui est une maladie inflammatoire qui peut être déclenchée d'ailleurs par des maladies infectieuses virales ou bactériennes, qui peut parfois être une réaction secondaire à des maladies. Évidemment comme toute alerte, nous la prenons très au sérieux, c'est le temps de la recherche clinique, de la recherche scientifique», a expliqué le ministre de la Santé.

​Il a également ajouté qu'à ce jour, il n'y avait pas de lien établi entre le développement de ces défaillances cardiaques et le Covid-19.

Ce que l’on sait sur cette maladie rare

Une dizaine d’enfants ont été hospitalisés ces derniers jours en Europe après avoir présenté des symptômes graves apparentés à une maladie rare. L’alerte est d’abord venue du Royaume-Uni, des cas ont été relevés en France, en Belgique et en Italie.

Un enfant malade, image d'illustration  - Sputnik France
Des défaillances cardiaques peut-être liées au coronavirus touchent des enfants français
L’hôpital Necker à Paris a tiré la sonnette d’alarme après qu’environ 20 enfants ont été hospitalisés en réanimation en région parisienne avec des syndromes rappelant la maladie de Kawasaki avec une forte fièvre et une inflammation des artères, donc un risque cardiaque.

Les médecins cherchent à établir un lien entre cette maladie et le coronavirus, a expliqué à la radio LBC Matt Hancock, le ministre de la Santé britannique.

«Nous ne sommes pas sûrs à 100% parce que certaines des personnes qui l’ont contractée n’ont pas été testées positives au coronavirus. Nous faisons donc actuellement beaucoup de recherche. Mais c’est quelque chose qui nous préoccupe », a-t-il ajouté.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала