Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un patient atteint du coronavirus traité dès novembre en Alsace?

S'abonner
Un hôpital alsacien juge que les premiers cas de coronavirus y ont fait leur apparition dès novembre. Des assertions fondées sur une analyse des scanners passés par les patients de l’hôpital ces derniers mois. Des spécialistes estiment que les fêtes de fin d’année ont pu favoriser la contagion.

L’hôpital Albert Schweitzer de Colmar assure avoir reçu des patients infectés par le coronavirus dès la mi-novembre. Comme indiqué dans un communiqué de la Fondation de la maison du Diaconat de Mulhouse qui gère cet établissement, une étude a en effet été menée par le département d’imagerie médicale de l’hôpital, analysant les scanners réalisés sur place depuis début novembre, toutes pathologies confondues.

Infirmière (image d'illustration) - Sputnik France
La France va adopter un test russo-japonais pour détecter le coronavirus

Parmi ces 2.456 scanners, plusieurs ont été classés «compatibles Covid» ou «typiques Covid», explique le communiqué, certains datent de novembre.

Le premier cas a été rencontré le 16 novembre, précise le communiqué. Puis une «progression très lente» a été constatée jusqu’à la fin janvier. Enfin, une troisième phase a débuté avec une «augmentation rapide» des cas et un pic le 31 mars.

Contagion avec les fêtes de fin d’année

Le communiqué explique encore que des professionnels de santé avaient constaté des «accidents de santé atypiques» durant l’hiver, alors que l’épidémie débutait à peine en Chine. Il est question de «perte de voix», de «perte du goût et de l’odorat» et de «toux évoluant plus longuement que d’habitude».

Le docteur Michel Schmitt, en charge de l’analyse des scanners, affirme que plusieurs cas étaient en circulation dans la région début novembre et que les fêtes de fin d’années ont contribué à la propagation du virus.

«La contagion s’est accélérée au moment des événements de fin d’année: marchés de Noël, fêtes de famille, jusqu’à ce que l’épidémie explose après un rassemblement religieux à Mulhouse, la dernière semaine de février», déclare la Fondation de la maison du Diaconat de Mulhouse dans son communiqué.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала