Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Détresse des autocaristes, qui manifestent sur les Champs-Élysées: certains «pensent au suicide»

© SputnikLes compagnies d’autocars franciliens ont organisé une action symbolique sur la place de l’Étoile le 25 mai
Les compagnies d’autocars franciliens ont organisé une action symbolique sur la place de l’Étoile le 25 mai - Sputnik France
S'abonner
Les compagnies d’autocars franciliens, «moteur du tourisme», ont organisé une action symbolique sur la place de l’Étoile afin d’attirer l’attention sur le destin de ces «oubliés» du «plan Marshall» gouvernemental. Khalid Braija, gérant d’une PME de transport de passagers, explique leurs motivations au micro de Sputnik.

Ce matin, une dizaine de cars, venant de quelque 400 entreprises franciliennes, ont réalisé un manège de protestation autour de l’Arc de Triomphe, sans toutefois «bloquer le trafic et en laissant les Parisiens travailler». Au son des klaxons, les chauffeurs et les propriétaires de bus touristiques affirment être «oubliés» par le gouvernement dans sa gestion de la crise.

​«On existe, il faut qu’on pense à nous. On n’a rien du tout. On a demandé une manifestation officielle, […] elle a été refusée», s’indigne Khalid Braija. Ce gérant d’une entreprise de cinq autocars et chauffeur de bus de tourisme lui-même confie à Sputnik sa situation pendant et après le confinement.

«Ça va être un drame humain dans les mois qui viennent, clame Khalid Braija. Je connais des gens, avec qui j’ai parlé, qui pensent au suicide. Si la boîte coule, ils coulent avec. Il va falloir qu’ils affrontent leur vie, leur famille, leurs enfants. Même si ce n’est pas lui qui a provoqué cet échec, le Covid, c’est un échec quand même.»

D’après l’autocariste, «l’activité s’est arrêtée depuis janvier, bien avant le confinement», ce qui a entrainé un «total déficit» de son entreprise, puisque ni les assurances, ni les loyers n’ont étés suspendus.

Les autocaristes franciliens craignent le cabotage étranger

Conseil de l'Europe  - Sputnik France
Ce danger menace toute l'humanité suite au Covid-19, averti le Conseil de l'Europe
Bien que, le chômage partiel et les 1.500 euros d’aide de «fonds solidarités coronavirus» aient fonctionné, Khalid Braija appréhende qu’une fois le confinement levé pour tous, un autre danger guette les autocaristes en France: la concurrence étrangère.

«Le cabotage étranger nuit beaucoup à notre profession. Ils vont venir en masse saboter le transport parisien, puisqu’ils travaillent à moitié prix par rapport à nous et ne payent pas les charges comme nous», explique Khalid Braija.

Les compagnies d’autocars, qui se déclarant être «le moteur du tourisme», s’estiment lésées. Selon elles, bien que faisant partie du «plan Marshall» de 1,3 milliard d’euros d’aide pour le tourisme, ils ne reçoivent aucune aide, contrairement aux restaurateurs ou hôtels.

«On a fait plusieurs appels aux ministères du Tourisme, des Finances, du Transport, on a contacté le cabinet de Macron. Personne ne nous a répondu», souligne le gérant de PME francilienne.

Le personnel soignant manifeste à l’hôpital Robert-Debré à Paris, 14 mai 2020 - Sputnik France
«Ségur de la Santé»: les soignants adressent un manifeste et une lettre ouverte à Macron
L’un des reproches de l’autocariste indépendant, qui assure de payer jusqu’à 120.000 euros de charges sociales par an, est que «les syndicats ne représentent que de grandes structures, les “lobbyistes”, comme Keolis ou Veolia

«Les PME sont oubliées. Je sacrifie beaucoup dans ma vie, mes dimanches et ma famille. Quand il faut payer, on est là, mais on demande aussi que l’État soit là quand on a besoin de lui. On demande juste à être soutenus», rappelle Khalid Braija.

Depuis janvier, «la profession est totalement à l’arrêt»

Et le transporteur de voyageurs détaille sa situation dramatique:

«On n’a plus un seul groupe, la profession est totalement à l’arrêt: les sorties scolaires sont interdites, les associations ne sortent plus. Et le gouvernement ne fait rien pour nous aider», s’insurge Khalid Braija.

Emmanuel Macron et Christophe Castaner - Sputnik France
Manifester aujourd’hui «va renforcer le pouvoir de sécurité que Macron pourrait mettre en place»
Un casse-tête à résoudre également lors de la reprise de l’activité: comment respecter la distanciation physique entre les passagers?

«Quand on annonce à une collectivité qu’il faudrait deux cars pour 50 personnes, ils refusent, ça coute trop cher, informe l’autocariste. 1.000 euros pour deux cars, c’est impossible pour une association, par exemple.»

«Que l’État arrête le principe du “deux poids, deux mesures”. Qu’il applique les mêmes règles que pour l’avion. C’est pareil. Nous demandons que l’État français se retourne vers nous et nous soutienne», conclut l’autocariste.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала