Le suspect de l’incendie dans la cathédrale de Nantes «a trahi» son équipe, selon une députée LREM

© Photo PixabayLa cathédrale de Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes
La cathédrale de Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes - Sputnik France
Après qu’un bénévole du diocèse a avoué être l’auteur de l’incendie dans la cathédrale de Nantes, la députée LREM Valérie Oppelt a estimé sur Franceinfo qu’il avait «trahi» son équipe, laquelle lui avait confié les clefs du bâtiment. Selon elle, c’est le premier incendie criminel de l’histoire récente à toucher le patrimoine nantais.

Le Rwandais bénévole qui a avoué avoir mis le feu à la cathédrale de Nantes n’a pas justifié la confiance que lui avait accordée l’équipe de ce lieu de culte, a estimé la députée LREM de Nantes, Valérie Oppelt, sur Franceinfo.

La cathédrale de Nantes après l'incendie - Sputnik France
Ces églises qui ont brûlé en France depuis l’incendie de Notre-Dame
«J’ai une pensée particulière pour les équipes qui gèrent cette cathédrale, pour le père Champenois recteur de cette cathédrale, qui a confié les clefs à ce bénévole, qui lui a fait confiance», a-t-elle déclaré.

Et d’ajouter: «Ce bénévole a trahi cette équipe et c’est assez catastrophique».

Revenant sur l’origine criminelle de l’incendie, l’élue a constaté le franchissement d’une nouvelle étape:

«Nous avons bien sûr connu des incendies accidentels mais jamais criminels donc nous venons de passer une étape importante à Nantes». Ce dont elle parle également sur son compte Twitter, tout en précisant qu’il s’agit de «l’histoire récente» de la ville.

Passage aux aveux

Âgé de 39 ans, l’homme d’origine rwandaise chargé de fermer la cathédrale a été arrêté quelques heures après le sinistre et placé en garde à vue. Il a été libéré le lendemain.

Après une seconde interpellation le 25 juillet, une semaine après l’incendie, il a reconnu «les faits qui lui étaient reprochés», a rapporté son avocat Me Quentin Charbert. Ayant avoué avoir allumé les trois feux dans le bâtiment, il a été mis en examen et placé en détention provisoire pour «destructions et dégradations par incendie».

Ce réfugié est «apeuré» et «dépassé», a ajouté son avocat qui a refusé de rendre publique sa situation administrative.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала