Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Des Français âgés écartés des hôpitaux pendant la crise sanitaire, selon Le Monde

S'abonner
Les Français âgés de plus de 75 ans ont été écartés de l’hôpital, faute de places, au plus fort de l’épidémie de Covid-19, en témoignent les informations obtenues par la commission d’enquête parlementaire et révélées par Le Monde.

Au pic de la vague épidémique en France, les plus de 75 ans ont eu un accès limité aux services de réanimation, rapporte ce jeudi 30 juillet Le Monde, se référant aux informations obtenues par la commission d’enquête parlementaire.

Déconfinement en France   - Sputnik France
Covid-19: le nombre de Français en soins intensifs augmente pour la 1ère fois en 4 mois
Selon les chiffres «encore provisoires» de la direction générale de l’offre de soins (DGOS) cités par le journal, entre le 30 mars et le 5 avril, seuls 14% des patients admis dans ces unités avaient plus de 75 ans, alors qu’ils étaient encore près de 25% début mars.

L’âge médian des patients hospitalisés en réanimation est tombé de 66 à 63 ans au pic épidémique, et même à 60 ans en Île-de-France, constate le quotidien.

Pour leur part, les médecins urgentistes et les réanimateurs auditionnés le 28 juillet n’ont pas démenti les chiffres de la DGOS mais ont tenu à nuancer leur signification. «On n’a pas eu le sentiment de changer nos procédures de tri», a notamment affirmé Agnès Ricard-Hibon, présidente de la Société française de médecine d’urgence.

«On ne pouvait plus prendre personne»

Hôpital Henri Mondor à Créteil - Sputnik France
La France enregistre la plus forte hausse quotidienne de cas de Covid-19 en plus d'un mois
Dans le même temps, le secrétaire général adjoint de la société française d’anesthésie et de réanimation, Marc Léone, également auditionné, a reconnu qu’il y avait pu avoir des «blocages». Tout en assurant qu’aucune «consigne» n’a été donnée pour refuser des patients, il souligne aussi qu’un certain nombre de malades ont d’eux-mêmes renoncé à être réanimés, relate Le Monde.

Nathalie Maubourguet de la Fédération française des associations de médecins coordonnateurs en Ehpad admet néanmoins que certains médecins coordonnateurs ont «assisté aux décès de personnes âgées qui n’avaient pas pu être transférées». Dans certaines régions, des médecins «se sont entendu dire qu’au-delà de 68 ans, on ne pouvait plus prendre personne» dans les hôpitaux «submergés», témoigne-t-elle.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала