Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Examens gynécologiques forcés sur des touristes: le Qatar s’explique

© AFP 2021 STR A man looks at his phone on the corniche in the Qatari capital Doha on July 2, 2017.
A man looks at his phone on the corniche in the Qatari capital Doha on July 2, 2017. - Sputnik France
S'abonner
Le gouvernement du Qatar a fait son mea culpa pour les examens gynécologiques forcés subis par plusieurs femmes à l'aéroport de Doha après la découverte d'un nouveau-né abandonné, disant regretter la violation des libertés individuelles et la détresse infligée à ces voyageuses.

Dans un communiqué publié sur un site gouvernemental ce 28 octobre, le Qatar a exprimé ses regrets au sujet des examens gynécologiques forcés sur un certain nombre de femmes, principalement australiennes, afin de déterminer si elles avaient accouché récemment.

«Même si le but de ces examens décidés dans l'urgence était d'empêcher la fuite des auteurs d'un crime horrible, l'Etat du Qatar regrette la détresse ou la violation des libertés individuelles que cette action a pu causer à des voyageurs», indique un communiqué.

Doha, Qatar - Sputnik France
Qatar: examens gynécologiques forcés sur des touristes après l'abandon d'un bébé à l'aéroport
Le Premier ministre du Qatar Khaled ben Khalifa Al-Thani a assuré dans un communiqué qu'une enquête «complète et transparente» sera menée. Les résultats de l'enquête seront «partagés avec nos partenaires internationaux», a poursuivi le chef du gouvernement.

l a ajouté que le Qatar était «engagé à assurer la sécurité et le confort de tous les passagers qui transitent par le pays».

Querelle diplomatique entre Canberra et Doha

Des passagères de vols au départ du Qatar ont été soumises début octobre à des examens corporels forcés après la découverte d'un nouveau-né prématuré dans les toilettes de l'aéroport international de Doha.

L'incident a provoqué une querelle diplomatique entre l'Australie et Doha, Canberra protestant fermement contre le traitement réservé à ses ressortissantes.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала