Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Facebook supprime plus de 400 comptes «qui cherchent à manipuler le débat public» au Maroc

© Sputnik . Natalia Seliverstova / Aller dans la banque de photosLogo de Facebook
Logo de Facebook  - Sputnik France, 1920, 05.03.2021
S'abonner
Facebook a supprimé plus de 400 comptes et pages Facebook et Instagram au Maroc dans le cadre de sa politique de lutte contre les «comportements inauthentiques coordonnés», selon un rapport publié sur son site. Ils sont pointés pour avoir «souvent critiqué l’opposition au roi, les organisations de défense des droits de l’homme et les dissidents».

Mercredi 3 mars, Facebook a publié son rapport de février relatif aux «comportements inauthentiques coordonnés». Le réseau social annonce avoir supprimé des centaines de comptes et de pages Facebook, ainsi que des dizaines de comptes Instagram au Maroc.

Ce rapport intervient deux jours après les déclarations du Président algérien Abdelmadjid Tebboune, accusant «un pays voisin [le Maroc, ndlr]» de contrôler des dizaines de sites Internet de propagande qui répandent des rumeurs sur lui et les institutions de l’État «dans le but de déstabiliser le pays».

«Manipuler le débat public»

Sur son site, Facebook explique le concept de «comportement inauthentique coordonné» comme suit: «Nous travaillons constamment pour trouver et arrêter les campagnes coordonnées qui cherchent à manipuler le débat public via nos applications [...]. Et nous partageons nos découvertes sur les "comportements non authentiques coordonnés" que nous détectons et les supprimons de nos plateformes», informe le réseau social.

Dans son rapport, Facebook fait part de la suppression de 385 comptes et 6 pages Facebook, et de 40 comptes Instagram au Maroc. «Ce réseau est principalement originaire du Maroc et cible un public national».

Et de préciser qu’«environ 150.000 comptes ont suivi une ou plusieurs de ces pages supprimées, tandis qu’environ 2.500 personnes suivaient un ou plusieurs de ces comptes sur Instagram».

«Commenter les reportages progouvernementaux»

Facebook explique que «les personnes derrière ce réseau ont utilisé de faux comptes - dont certains avaient déjà été détectés et désactivés par nos systèmes automatisés - pour publier dans plusieurs groupes à la fois afin de rendre leur contenu plus populaire qu'il ne l'était».

Selon le réseau social, ces internautes «ont également fréquemment utilisé ces comptes pour commenter les actualités et les reportages progouvernementaux de divers médias, dont Chouf TV».
Il ajoute qu’«ils ont également souvent critiqué l’opposition au roi, les organisations de défense des droits de l’homme et les dissidents».

Le Président Abdelmadjid Tebboune en visite au ministère de la Défense nationale - Sputnik France, 1920, 02.03.2021
Désaccord avec l’armée, démission prochaine et attentat potentiel: le Président algérien dément les rumeurs
Par ailleurs, le rapport évoque des comptes supprimés en Russie, en Iran, en Thaïlande pour les mêmes raisons.

Rumeurs visant l’Algérie

Durant ses quatre mois d’hospitalisation en Allemagne à cause du Covdi-19, Abdelmadjid Tebboune a fait l’objet de plusieurs rumeurs portant sur son image et celles des institutions de l’État comme la présidence de la République et l’Armée nationale populaire (ANP). Les bruits colportés ont même fait état de «la mort du chef de l’État qui aurait été assassiné par les militaires».

Dans un entretien télévisé accordé lundi 1er mars à deux patrons de la presse nationale, le Président Tebboune affirme qu’il a «été peiné de voir des personnes sans foi ni loi […] diffuser des mensonges […]», soulignant que «ces personnes sans morale ni retenue ont tenté avec les mensonges les plus déroutants de démoraliser et de tétaniser le peuple quant à l’avenir de son pays».

«Environ 98 sites Internet»

Quant à ceux qui promeuvent ces rumeurs qui visent la stabilité du pays, le chef de l’État algérien informe que «nous savons que 97% de ces ragots viennent de l’étranger et vous savez bien qui les diffusent». «Il y a environ 98 sites Internet qui sont dirigés par nos voisins [le Maroc, ndlr] et qui diffusent les rumeurs à partir de la France et de l’Espagne».

En février, Ammar Belhimer, ministre algérien de la Communication et porte-parole du gouvernement, a affirmé au quotidien El Massa que les services de renseignement marocains avaient «recruté des centaines d’agents dans le monde virtuel [notamment des Algériens, ndlr] pour attaquer l’Algérie», précisant que «nous connaissons bien leurs localisations grâce à la technologie moderne et leur mode d’action méthodique et coordonné».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала