Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un historien explique pourquoi la capitale française attire autant d’espions

Paris - Sputnik France, 1920, 10.03.2021
S'abonner
Invité d’Europe 1, l’historien et essayiste Bruno Fuligni a expliqué pourquoi Paris est considérée comme la capitale des espions. Il met en avant le caractère particulier de la Ville lumière ainsi que le rôle de son monument clé, la Tour Eiffel.

À l'occasion de la sortie d’un numéro spécial du Parisien intitulé Le Paris des espions et des agents secrets, Europe 1 a invité ce 10 mars Bruno Fuligni, historien et collaborateur pour ce hors-série afin de discuter des relations que les agents secrets entretiennent avec la capitale française lors d’une émission Culture-Médias.

Paris «cosmopolite»

Paris est ainsi décrite comme un lieu idéal pour des espions, non seulement parce que la capitale héberge les sièges tant des services secrets français que des ambassades étrangères, mais aussi en raison de son «cosmopolitisme» qui permet de «dissimuler toutes sortes d'activités clandestines», indique M.Fuligni.

«Même en venant de très loin, vous pouvez facilement passer inaperçu dans la foule, monter une association, une société qui peut être la berlue, c'est-à-dire le faux-nez d'une organisation clandestine», explique l’historien à la radio.

Paris où personne ne s’intéresse

Selon Bruno Fuligni, les rues parisiennes deviennent «un merveilleux labyrinthe avec ses passages couverts, ses immeubles à double entrée, ses grandes gares et ses musées».

Personne donc ne va non plus «s'intéresser à quelqu'un qui vient s'incliner devant une tombe» pendant un rendez-vous secret au cimetière du Père Lachaise, explique-t-il à titre d’exemple.

La Tour Eiffel, «espionne la plus célèbre»

Lors de l’émission, l’historien n’ignore pas le rôle de la Tour Eiffel dans le renseignement, l’appelant «l'espionne parisienne la plus célèbre». Le monument devait être démantelée en 1909, mais a été sauvé grâce à l'officier Gustave Ferrié, qui a accepté de l’utiliser pour tester les applications militaires de la TSF (Transmission sans fil).

La Tour Eiffel servait même à capter les messages ennemis. Elle a donc sauvé Paris pendant la Grande Guerre, rappelle M.Fuligni, évoquant son rôle dans l’anticipation de certains bombardements.

Il fut même possible «d'envoyer en allemand de fausses instructions aux pilotes des zeppelins pour qu'ils larguent leurs bombes dans des champs de betteraves au lieu des quartiers parisiens», raconte l’invité d’Europe 1 tout en glorifiant le rôle des milliers d'agents qui travaillent dans des souterrains à côté de la Tour.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала