Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Le renseignement aurait signalé la présence d'enfants dans une voiture frappée par les USA à Kaboul

© Sputnik . Mikhaïl AlaeddineUne rue de Kaboul (photo d'archives)
Une rue de Kaboul (photo d'archives) - Sputnik France, 1920, 20.09.2021
S'abonner
Le renseignement américain aurait prévenu ses militaires de la présence possible de civils, y compris d’enfants, dans une voiture visée par une frappe le 29 août à Kaboul, relate CNN. Plus tard, le Pentagone avait reconnu que cette opération avait été une erreur et qu’elle n’avait pas éliminé un membre de Daech* comme prévu.
L'avertissement du 29 août, selon lequel des civils, y compris peut-être des mineurs, se trouvaient probablement dans le véhicule visé par les États-Unis, est venu quelques secondes avant que le missile ne touche la voiture, tuant 10 civils dont sept enfants, d'après trois sources différentes proches du dossier citées par CNN.
Il n'est pas toutefois établi que les militaires avaient informé le renseignement de leur décision d’agir. Les officiers sur le terrain étaient en effet autorisés à mener sans consulter le commandement des frappes dites «dynamiques», précise la chaîne américaine.
Kaboul - Sputnik France, 1920, 17.09.2021
L'armée US reconnaît que sa dernière frappe à Kaboul était une erreur avec «un bilan tragique»
Pour rappel, le 29 août, trois jours après les attentats près de l’aéroport de Kaboul, les États-Unis ont lancé une opération dans la capitale afghane visant des membres présumés de la branche locale de Daech*, laquelle avait revendiqué les attaques.
Dans les semaines qui ont suivi, les militaires américains ont insisté sur le fait qu'il s'agissait d'une frappe justifiée contre une cible terroriste confirmée, reconnaissant que certains civils auraient pu être tués.
Pourtant, le 17 septembre, après un matraquage médiatique faisant douter de la légitimité de la décision, le commandant du CENTCOM Kenneth McKenzie avait assumé la responsabilité d'une mission offensive à l'aide de drones le 29 août, laquelle a fait 10 morts parmi les civils, dont sept enfants, et n’a vraisemblablement pas eu pour résultat la neutralisation de membres de Daech*.

Des questions entourant la frappe

Alors que les États-Unis affirmaient que le véhicule en question «était chargé d'explosifs» et assuraient avoir déjoué une tentative d'attentat du groupe Daech*, la famille du conducteur Ezmarai Ahmadi a déclaré que dix personnes, dont une majorité d'enfants, avaient été tuées.
En outre, le New York Times qui a mené son enquête avait relayé que sur la base de vidéos provenant de caméras de surveillance, le coffre de la voiture était certainement rempli de bidons d'eau que l'homme rapportait chez lui. Qui plus est, le quotidien américain avait contesté la version de l'armée américaine, selon laquelle la frappe aurait provoqué la détonation secondaire d'explosifs rangés dans le coffre, en établissant ses conclusions à l’aide d’entretiens avec des experts.
Cette attaque était intervenue quelques jours après qu'un kamikaze de Daech* eut déclenché une explosion massive à l'entrée de l'aéroport de Kaboul, tuant près de 100 Afghans ainsi que 13 membres des services américains.
*Organisation terroriste interdite en Russie
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала