Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
Un laboratoire - Sputnik France, 1920, 22.09.2021
Sciences et tech

Une mégalopole risque de se retrouver sous l’eau d’ici 2050, préviennent des scientifiques

© Photo Pixabay/JavaistanJakarta, Indonésie, image d'illustration
Jakarta, Indonésie, image d'illustration - Sputnik France, 1920, 12.11.2021
S'abonner
Une grande partie de la capitale indonésienne pourrait être inondée d’ici 2050, selon un chercheur de l’Agence nationale de recherche et d’innovation du pays. Une des causes principales d’un tel scénario est la montée du niveau de la mer, un des effets du réchauffement climatique très clairement visibles depuis l’espace.
La surface habitable pour les humains de Jakarta, la plus grande ville et capitale de l’Indonésie, risque de se réduire drastiquement dans les prochaines décennies, alerte Edvin Aldrian, professeur de météorologie et climatologie à l'Agence indonésienne de recherches et d’innovation (BRIN).
Dans son article paru ce jeudi 11 novembre dans The Conversation, le spécialiste prévient que, faute de mesures globales et locales, au moins 25% de la superficie actuelle de la mégalopole avec plus de 10 millions d’habitants pourrait être inondés d’ici 2050.
L’auteur explique également que Jakarta est exposée à deux phénomènes, qui se présentent comme des causes essentielles d’une telle évolution potentielle pour la ville.
Il s’agit de l’élévation du niveau moyen de la mer résultant du réchauffement climatique, qui provoque à son tour la fonte des glaces continentales et la dilatation thermique des masses d’eau océaniques. Edvin Aldrian détaille qu’en 1900 le niveau de la mer était de 13 à 20 centimètres plus élevé qu’en 2018.
La deuxième menace principale pour la capitale indonésienne porte un caractère beaucoup plus local. Sur fond de pénurie d’eau potable, beaucoup d’habitants de Jakarta sont obligés d’effectuer massivement des forages pour s’en procurer. Ces travaux de forage et de pompage des eaux souterraines entraînent l’apparition de grands espaces vides en sous-sol et la baisse du niveau des terres dans la ville. D’après une étude citée par le chercheur, Jakarta court le risque de "sombrer" annuellement de 1,8 à 10 cm.

Solutions possibles au problème

M.Aldrian décrit une série de mesures qui, à condition qu’elles soient prises par les autorités indonésiennes, pourraient atténuer le développement de cette situation dramatique pour la principale agglomération du pays.
Parmi ces solutions, l’auteur cite le déploiement de plusieurs infrastructures pour assurer, d’un côté, l’approvisionnement en eau potable de toute la population de Jakarta et, de l’autre, la protection de la ville contre la mer. Cette dernière pourrait être réalisée tant avec des barrages artificiels qu’à l’aide de barrières naturelles, notamment la replantation des mangroves détruites antérieurement.
Selon le scientifique, l’administration de Jakarta devrait par contre réviser sa politique d’urbanisme pour équilibrer la nouvelle construction et éviter l’apparition de projets d’infrastructure "non nécessaires".
L’évolution de la situation à Jakarta, ainsi que dans d’autres endroits de la planète, les plus exposés au risque de submersion, pourra sans doute être observée de l’espace. Ce moyen de recherche n’est pas mentionné par le scientifique indonésien, mais se présente comme un instrument efficace de l’évaluation des effets du réchauffement climatique, selon l’astronaute français Thomas Pesquet. À partir de la Station spatiale internationale, dans sa dernière conversation par visioconférence avec le Président Emmanuel Macron, l’homme de l’espace a fait savoir que les changements climatiques devenaient de plus en plus visibles de l’espace. Une information qui a fait forte impression sur le chef d’État français.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала