Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Le calvaire des transporteurs au poste-frontière de Lebombo entre l'Afrique du Sud et le Mozambique

CC BY-SA 4.0 / Diego Delso / Sunset, Kruger National ParkCoucher de soleil dans le parc national Kruger, Afrique du Sud
Coucher de soleil dans le parc national Kruger, Afrique du Sud - Sputnik France, 1920, 09.12.2021
S'abonner
La situation au poste frontière de Lebombo-Ressano Garcia sur le corridor de Maputo entre l'Afrique du Sud et le Mozambique est intenable. Et pour cause, une grave congestion qui contraint actuellement les transporteurs à attendre jusqu'à 20 heures dans des files d'attente au lieu d'une heure en moyenne auparavant.
De l’avis des professionnels, le plus grand défi au poste frontière est le manque d'opérations 24 heures sur 24, ce qui entraîne une grave congestion qui a coûté cette année aux entreprises de camionnage 1,3 milliard de Rands (82 millions de dollars) en pertes de revenus.
Dans une déclaration à la MAP, Gavin Kelly, directeur général de l’Association sud-africaine du Fret routier, a expliqué que l'un des problèmes au poste frontière de Lebombo est le fait qu’il ferme à 17 heures, mais n’ouvre qu’à 8 heures, d’où les longues files d’attente. "L’autre problème est la pandémie du Covid-19, qui a eu un impact énorme sur les professionnels du secteur. Il y a un nombre réduit d'officiers qui travaillent et le poste frontière ferme de temps en temps en raison d'infections à la Covid 19", a-t-il dit, relevant que les restrictions sanitaires aggravent la situation et les certificats de vaccination expirent pendant que les transporteurs attendent dans les files d'attente.
Pour sa part, Angel Khanyile, député du principal parti d’opposition "l’Action Démocratique", a décrit la situation de "catastrophique", en faisant constater que des camions ont été obligés d'attendre dans des files de 15 km pendant plus de trois jours, alors qu'ils luttaient pour traverser la frontière.
"Non seulement cela aurait coûté à l'économie sud-africaine environ 30,5 milliards de Rands rien que pour le charbon et les minerais de fer et de chrome non livrés, mais cela a également mis la vie des chauffeurs de camion en danger", a-t-il martelé. Il a ajouté que les chauffeurs de camion n'ont pas non plus accès à la nourriture, à l'eau et aux installations sanitaires nécessaires, une tendance qui se développe presque dans tous les postes frontières du pays.
Des camionneurs ont également manifesté leur ras-le-bol de cette situation intolérable, en exprimant des craintes que les sociétés minières et celles de camionnage ferment leurs portes, parce qu'elles ne pourront pas expédier leurs produits d'exportation à temps. "Cette congestion dure donc depuis août dernier et certains petits opérateurs ont déjà dû fermer leurs portes", déplorent-ils.
Ils ont expliqué que la détérioration des temps de passage aux frontières avait été considérable en 2018 et 2019 et étaient de l'ordre de 35 minutes à une heure, tandis que durant ces deux dernières semaines, les camionneurs ont dû attendre jusqu’à 20 heures juste pour traverser la frontière.
De leur côté, l'Association sud-africaine des transitaires (Saaff) et le Conseil minéral sud-africain ont fait part de leurs préoccupations concernant la grave congestion dans le corridor de Maputo. "Les entreprises de transport de marchandises en transit d'Afrique du Sud vers le port de Maputo estiment que les retards à la frontière ont entraîné cette année une perte de revenus de plus de 1,3 milliard de Rands", notent-ils, relevant que les secteurs miniers et des transports perdent confiance dans la capacité des autorités publiques à soutenir le commerce sur ce corridor stratégique.
Les professionnels du transport routier estiment, à cet égard, que des mesures urgentes devaient être prises dans le poste-frontière de Lebombo-Ressano Garcia, y compris des engagements bilatéraux urgents, intentionnels, ciblés et conciliants au plus haut niveau du gouvernement sud-africain pour remédier à l'incapacité à résoudre les tensions sous-jacentes.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала