Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Une trentaine de corps calcinés découverts dans l’est de la Birmanie

© REUTERS / STRINGER/ REUTERSL’Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP) avance quant à elle le chiffre de quarante-quatre morts pour la seule journée du 14 mars, veille de la date initialement prévue pour la comparution de l’ancienne dirigeante, Aung San Suu Kyi, procédure désormais repoussée au 24 mars. En outre, trente-sept journalistes ont été arrêtés ainsi qu’un responsable de la branche locale de l'Open Society Foundation de George Soros. Une organisation accusée de financer le mouvement de protestation. Selon le média birman The Irrawaddy, les comptes de l’ONG ont d’ailleurs été gelés par la justice locale.
L’Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP) avance quant à elle le chiffre de quarante-quatre morts pour la seule journée du 14 mars, veille de la date initialement prévue pour la comparution de l’ancienne dirigeante, Aung San Suu Kyi, procédure désormais repoussée au 24 mars. En outre, trente-sept journalistes ont été arrêtés ainsi qu’un responsable de la branche locale de l'Open Society Foundation de George Soros. Une organisation accusée de financer le mouvement de protestation. Selon le média birman The Irrawaddy, les comptes de l’ONG ont d’ailleurs été gelés par la justice locale. - Sputnik France, 1920, 25.12.2021
S'abonner
Les corps d'une trentaine de personnes, dont des femmes et des enfants, ont été retrouvés samedi dans des véhicules complètement brûlés en Birmanie.
"Lorsque nous sommes allés vérifier dans la zone ce matin, nous avons trouvé des cadavres brûlés dans deux camions. Nous avons trouvé 27 cadavres", a déclaré à la presse un responsable de la rébellion opposée à la junte militaire au pouvoir, les Forces de défense du peuple (PDF).
Des photos de la découverte macabre montrant deux camions et une voiture calcinés sur une route du canton de Hpruso, dans l'État de Kayah (est), avec des corps à l'intérieur ont circulé samedi sur les réseaux sociaux.
La Birmanie a sombré dans le chaos depuis le putsch du 1er février qui a mis fin à une transition démocratique de dix ans. En dix mois, plus de 1.300 civils ont été tués, selon l'ONG locale, l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP), qui rapporte des cas de tortures et d'exécutions extra-judiciaires.
En réaction, les milices citoyennes PDF ont vu le jour dans le pays et infligent régulièrement des revers à la puissante armée birmane.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала