Le Brésil se félicite du lancement du processus d'adhésion à l'OCDE

© OECDЛоготип Организации экономического сотрудничества и развития
Логотип Организации экономического сотрудничества и развития  - Sputnik France, 1920, 26.01.2022
Le gouvernement brésilien s'est félicité, mardi, du lancement officiel des négociations pour l''adhésion à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).
L’OCDE a désigné le Brésil, première économie sud-américaine, parmi six pays candidats à l’adhésion à cette organisation internationale.
"C'est une grande satisfaction de pouvoir faire cette annonce, après une décision unanime de l'OCDE d'inviter les 6 pays (Brésil, Argentine, Pérou, Roumanie, Croatie et Bulgarie)", a déclaré le ministre brésilien des affaires étrangères, Carlos França.
Selon le chef de la diplomatie brésilienne, qui intervenait lors d’une conférence de presse à Brasilia, le président Jair Bolsonaro "a déjà signé et envoyé la lettre de réponse" favorable, disant espérer "maintenant que l'OCDE prépare un guide d'adhésion pour les réunions avec plus de 30 comités de l'organisation".
Selon França, l'invitation de l'OCDE au Brésil à devenir membre est une rétribution "de la gouvernance et de lutte contre la corruption". Pour le ministère des Affaires étrangères, c'est "une étape historique" puisqu'en 1991 le pays a entamé son rapprochement avec l'OCDE, a-t-il ajouté.
França a également indiqué que son ministère a décidé la "création d'une unité spéciale pour traiter des affaires de l'OCDE et d'une équipe de négociation qui coordonnera les actions proposées" par l’organisation internationale.
De son côté, le ministre de l'Economie, Paulo Guedes a déclaré que "le Brésil est désormais à l'intersection de trois grands univers : le G20, les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) et l'OCDE". "Nous sommes le seul pays présent dans ces trois instances économiques", a-t-il poursuivi.
Le gouvernement actuel, a relevé Guedes, "a rempli plus d'un tiers des exigences légales" qui ont été proposées au cours des 30 ans de rapprochement avec l'OCDE pour que le Brésil devienne membre.
"Depuis la campagne électorale de 2018, notre premier objectif était d'ouvrir l'économie brésilienne et de l'intégrer dans les grands groupements mondiaux, comme l'OCDE" et, parallèlement à l'adhésion, les efforts se poursuivront au sein du Mercosur, le bloc que le Brésil partage avec l'Argentine, le Paraguay et l'Uruguay, a cité le ministre.
Dans les négociations pour formaliser son adhésion à l'OCDE, a-t-il ajouté, le Brésil oeuvrera à "la convergence de la réforme fiscale et la libéralisation financière, à des accords internationaux sur les services et la réglementation environnementale".
Le conseil de l'OCDE, qui réunit les ambassadeurs des 35 États membres, a décidé à Paris de lancer cette phase de discussions, qui comportera une procédure individuelle pour chacun des six pays candidats et qui n'a pas de calendrier fixe, puisqu'elle dépendra du progrès que chacun d'eux aura fait.
Dans un communiqué conjoint, les ministères des Affaires étrangères, de la Maison civile (primature) et de l’Economie ont assuré que "l'adhésion du Brésil, dans le cadre de l'élargissement de l'OCDE, renforcera encore l'Organisation, qui joue un rôle de plus en plus important dans la gouvernance économique mondiale".
Le Brésil "est déjà à un stade avancé de convergence avec l'OCDE, ayant adhéré à 103 de ses 251 instruments normatifs. Dans la seule administration actuelle, il y a eu 38 adhésions, soit une moyenne de plus de 12 par an, ce qui exprime la nouvelle priorisation attribuée à l'adoption, par le Brésil, de bonnes pratiques internationales", lit-on dans le communiqué.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала