Un astre inédit dans la Voie lactée détecté grâce à un radiotélescope

© AP Photo / NASA, JPL-CaltechPulsar, vue d'artiste
Pulsar, vue d'artiste - Sputnik France, 1920, 31.01.2022
La présence d’un supposé "magnétar à période ultra-longue", c’est-à-dire tournant sur lui-même à une vitesse inhabituellement lente, a été constatée à environ 4.000 années-lumière de notre planète.
Un signal radio avec une période de répétition de 18 minutes découvert depuis un observatoire australien a poussé les chercheurs à supposer l’existence d’un astre encore jamais observé, selon une étude publiée dans la revue Nature.
À l’origine de la découverte, l’astrophysicienne britannique Natasha Hurley-Walker et son doctorant Tyrone O’Doherty qui étudiaient les ondes radio venant de l’espace et captées par un radiotélescope. Au cours de leurs recherches, ils sont tombés sur des pulsations "particulièrement inhabituelles" qui se répétaient toutes les 18 minutes, au dix millième de seconde près.
Normalement, des émissions aussi régulières sont produites par les pulsars, cadavres d’étoiles ultra-denses qui tournent sur eux-mêmes, faisant apparaître à chaque rotation un faisceau d’ondes radio. Or, le plus lent des pulsars tourne sur lui-même en 23 secondes, et le plus rapide connu par les chercheurs met 1,4 milliseconde.

"Personne ne cherchait cela"

D’après les auteurs de la découverte, il pourrait ainsi s’agir d’une sorte de pulsar lent jamais observé jusqu’ici, mais déjà imaginé par les théoriciens. Ces astres hypothétiques sont surnommés "magnétars à période ultra-longue". Tout comme les pulsars, les magnétars sont des étoiles à neutrons très denses, mais dotées en plus d’un intense champ magnétique.
"Personne ne cherchait cela", indique Mme Hurley-Walker dans un entretien accordé au magazine The Conversation, tout en appelant ses collègues à "garder l’esprit ouvert à des possibilités inattendues" dans l’univers "plein de merveilles".
La source encore mystérieuse se trouve à environ 4.000 années-lumière de notre planète. En étudiant la polarisation des ondes émises par l’objet, les chercheurs ont établi qu’il mesure moins d’une seconde-lumière et est ainsi bien plus petit que notre Soleil (4,6 secondes-lumière de diamètre).
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала