Le Maroc retient son souffle: importante mobilisation internationale face au sort du petit Rayan

un garçon - Sputnik France, 1920, 03.02.2022
Le Maroc a les yeux rivés sur le sort que connaît le petit Rayan, âgé de 5 ans et bloqué dans un puits depuis plusieurs heures. Alors que les opérations de sauvetage se poursuivent, des internautes du monde entier manifestent leur soutien sur les réseaux sociaux.
Rayan, âgé de 5 ans, est coincé depuis plus de 30 heures dans un puits de 35 mètres de profondeur du village d’Ighrane, dans la province de Chefchaouen. Selon la presse locale, il serait encore vivant mais très affaibli.
Réagissant à ce sujet, son père à expliqué: "C’est mon puits, j’étais en train de le réparer, Rayan était à côté de moi, à un moment il est tombé. Je ne m’en suis pas rendu compte.Nous avons alerté les autorités et tous les habitants sont venus nous soutenir. Tout le monde fait son maximum pour qu’il sorte vivant et qu’on puisse le prendre dans nos bras d’ici la fin de journée. Mais je ne vous cache pas que moi et sa mère sommes abattus et très inquiets".
Coronavirus au Maroc - Sputnik France, 1920, 01.01.2022
Covid-19/Omicron: barricadé, le Maroc se prépare à une vague "importante"
Le gouvernement marocain s’est exprimé jeudi 3 février, à travers son porte-parole, Mustapha Baitas, au sujet de cette affaire qui touche profondément le pays. Lors d’un point presse, il a affirmé que plusieurs scénarios avaient été élaborés avec les ministre de la Santé et de l’Intérieur, sous la supervision du chef du gouvernement pour sauver l’enfant.
Le premier scénario, consistant à élargir le diamètre du trou, est compromis compte tenu de la chute éventuelle de pierres dans le puits qui compliquerait le sauvetage. Le deuxième, faire descendre un secouriste dans le puits s’est également avéré infructueux compte tenu de la largeur du puits qui ne dépasserait pas les 45 centimètres. Jusqu’à jeudi, 17h30 GMT, les autorités étaient en train de mettre en œuvre le troisième plan, à savoir creuser en parallèle du puits à l’aide d’engins lourds. Le porte-parole du gouvernement a néanmoins précisé que la nature du sol ne permettait pas l’utilisation de certains d’entre eux. Selon différentes sources sur place, les travaux d’excavation auraient permis d’attendre plus de 22 mètres de profondeur.
Par ailleurs, la Protection civile a descendu une caméra pour s’assurer de l’état de l’enfant, communiquer avec lui et lui acheminer de l’eau et de l’oxygène a rapporté l’agence de presse MAP. Les autorités ont quant à elles mobilisé les moyens médicaux disponibles pour accompagner le petit garçon, une fois secouru, et ainsi assurer son transfert à l’hôpital via un hélicoptère médicalisé.

Mouvement général de solidarité

Cet accident a suscité l’émoi général, au Maroc d’une part où des citoyens ont même afflué de différentes villes pour tenter de porter secours à la victime.
Ailleurs aussi, un vaste mouvement de solidarité s’est développé, notamment au sein de la communauté arabe et africaine qui a généré une vague de soutien sur les réseaux sociaux. Les Algériens s’y sont particulièrement joints, avec une ferveur populaire inédite, nonobstant les fortes tensions politiques entre les deux pays.
Malgré les difficultés éprouvées par les secouristes, aucune aide internationale n’a été demandée. À ce sujet, le porte-parole du gouvernement a précisé que le Maroc disposait de tous les moyens nécessaires de sauvetage, ajoutant: "nous pouvons demander de l’aide si le besoin s’en fait sentir lorsqu’il s’agit de sauver la vie de nos concitoyens".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала