Des biologistes chinois développent du blé résistant aux maladies

Blé - Sputnik France, 1920, 11.02.2022
Des biologistes chinois viennent de développer, à l’aide de la technologie d’édition du génome, une nouvelle variété de blé résistante aux maladies.
Ils ont utilisé la technologie d’édition du génome pour permettre aux variétés de blé de résister à l’oïdium, une grave maladie des cultures, sans perte de rendement, selon une étude publiée dans la revue Nature.
L’étude a été réalisée par des chercheurs de l’Institut de génétique et de biologie du développement et de l’Institut de microbiologie, tous deux relevant de l’Académie chinoise des sciences. L’oïdium est l’une des principales maladies du blé. Selon le ministère chinois de l’Agriculture et des Affaires rurales, la maladie touche environ 6,67 millions d’hectares de blé chaque année en Chine.
Le rendement des champs gravement touchés peut être réduit de 40 pc. Les agents pathogènes infectent souvent les plantes par l’intermédiaire de leurs gènes sensibles. Des mutations dans ces gènes peuvent conférer aux plantes une résistance aux maladies, mais elles entraînent généralement des effets indésirables.
En 2014, les chercheurs des deux instituts ont mis au point une variété de blé résistante à l’oïdium en éditant l’un des gènes de susceptibilité, le locus O (MLO) résistant au mildiou, mais cela a provoqué des pertes de rendement, un vieillissement prématuré et des petits blés. Les chercheurs ont découvert qu’un mutant peut maintenir la résistance à la maladie avec des niveaux de croissance et de rendement similaires aux variétés de blé standard.
Les chercheurs ont utilisé l’édition génomique de précision pour introduire les avantages du mutant Tamlo-R32 dans les principales variétés de blé massivement cultivées en Chine et créer de nouvelles variétés résistantes à l’oïdium sans perte de rendement.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала