Le parlement iranien pose six conditions à un accord sur le nucléaire

© AP Photo / HASAN SARBAKHSHIANL'usine d'enrichissement de Natanz
L'usine d'enrichissement de Natanz - Sputnik France, 1920, 20.02.2022
Le Parlement iranien pose six conditions à l'adhésion de Téhéran au renouvellement de l'accord nucléaire de 2015, notamment la garantie que les parties prenantes américaine et européenne ne se retireront pas du nouveau pacte, dans un courrier adressé dimanche 20 février au Président Ebrahim Raïssi.
Signé par 250 des 290 élus du parlement iranien, il exige en outre que les parties s'engagent à ne pas enclencher le mécanisme de sanctions dit "snap back", rapporte l'agence de presse officielle iranienne IRNA.
Les signataires conditionnent en outre l'assentiment de l'Iran à la levée de l'intégralité des sanctions américaines dans "un processus vérifiable".

"Nous avons tiré les enseignements des expériences passées et fixé une ligne rouge à notre intérêt national en refusant de nous rallier à un quelconque accord sans obtenir les garanties nécessaires au préalable", écrivent-ils.

Des pourparlers indirects entre Téhéran et Washington sont en cours à Vienne pour sauver l'accord de 2015 dont les États-Unis se sont retirés en 2018 et dont l'Iran s'est depuis largement affranchi.

Marge de manœuvre réduite

L'initiative des parlementaires risque de réduire la marge de manœuvre des négociateurs iraniens, même si le guide suprême de la Révolution islamique, l'ayatollah Ali Khamenei, a le dernier mot sur ces sujets.
Des progrès "substantiels" ont été réalisés dans les discussions, selon les parties occidentales. Chine, Russie, France, Allemagne et Royaume-Uni, en tant que membres de l'accord, participent aux discussions sous la supervision de l'Union européenne.
En échange de l'engagement de Téhéran à ne pas mener d'activités nucléaires à des fins militaires, les sanctions à son encontre avaient été levées aux termes de l'accord de 2015.
Une clause permet toutefois à tout État signataire de saisir le Conseil de sécurité de l'Onu d'une plainte visant à réimposer -le principe du "snap back"- les sanctions en cas de "non-respect notable" de ses engagements de la part d'un autre participant.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала