Accusation d'emploi fictif: Roussel a publié des "preuves" pour "rétablir la vérité"

© SputnikFabien Roussel
Fabien Roussel - Sputnik France, 1920, 25.02.2022
Le candidat communiste Fabien Roussel, mis en cause par Mediapart qui l'accuse d'avoir été payé entre 2009 et 2014 comme assistant parlementaire sans avoir réellement travaillé, a publié des "preuves" attestant de son travail pour "rétablir la vérité", a déclaré vendredi son directeur de campagne.
"Fabien Roussel a tenu à rétablir la vérité et à redire, documents et preuves à l'appui, qu'il a travaillé auprès de (l'ex-député du Nord, ndlr) Jean-Jacques Candelier au service des habitants du Nord", a affirmé auprès de l'AFP Ian Brossat, le directeur de campagne du candidat à la présidentielle.
Il l'a fait "par soucis de transparence auprès des Français", a ajouté M.Brossat.
Sur son site web, Fabien Roussel se dit "profondément indigné, touché et affecté par ces accusations qui mettent en cause mon travail, toutes mes années de combats et mon intégrité".
Le candidat du PCF publie des témoignages de personnes qui l'ont "connu dans mes fonctions de collaborateur", des traces de son travail dans un "dossier énergie", des journaux illustrant sa présence sur le terrain ainsi que deux fiches de paie attestant de son salaire.
Fabien Roussel avait déclaré, mardi sur Europe 1, qu'il n'avait jamais gagné 3.000 euros par mois comme l'écrit Mediapart mais "2.460 nets" et en ayant "fini à 2.700".

Nouvel article

Le média d'investigation a publié un nouvel article vendredi, présentant M.Candelier comme l'un des interlocuteurs d'un enregistrement audio, dans lequel il aurait dit que la situation de M.Roussel en tant qu'attaché parlementaire à ses côtés n'était "pas trop nette" et que "c'est pour ça qu'on a bien fait d'arrêter".
Ian Brossat répond qu'il "n'y a rien de neuf dans cet article" et que "Jean-Jacques Candelier a déjà expliqué ce qui l'avait conduit à tenir ces propos, à savoir que le double statut de Fabien à l'époque, à la fois secrétaire départemental du parti communiste du Nord et attaché parlementaire (de l'ex-député) pouvait effectivement susciter des interrogations".
Mais, selon lui, cela pouvait "surtout être instrumentalisé par un certain nombre d'opposants politiques et de fait, c'est le cas, puisque c'est ce qui a conduit à la publication de cet article de Mediapart", a conclu Ian Brossat.
Contacté par l'AFP, Jean-Jacques Candelier n'avait pas répondu en milieu d'après-midi.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала