Une somme astronomique déboursée pour un fragment de météorite lunaire découvert au Sahara

© Sputnik . Anton Denissov / Aller dans la banque de photosLa Lune
La Lune - Sputnik France, 1920, 01.03.2022
Les enchères se sont envolées aux ventes de la maison londonienne Christie’s, pour un morceau de Lune retrouvé en 2007 dans le désert du Sahara. Comment expliquer ce prix de vente colossal et quels sont les gains pour le pays de découverte? Réponses avec la professeure Hasnaa Chennaoui Aoudjehane, planétologue et spécialiste des météorites.
Sputnik France reste accessible sur Telegram et Odysee. Pour accéder à notre site et à notre chaîne YouTube vous pouvez utiliser un VPN, par exemple CyberGhost, Astrill, NordVPN, ZenMate ou Private VPN. Téléchargez notre application sur App Store ou Google Play Store.
189.000 dollars, c’est l’incroyable somme qu’un acquéreur a déboursée, mercredi 23 février, pour un fragment lunaire découvert dans la partie "nord-ouest africaine du Sahara" en 2007 au Maroc, selon différents rapports médiatiques. Il s’agit du lot le plus cher, adjugé par la maison de ventes aux enchères basée à Londres, Christie’s, lors de cette édition qui s’est tenue du 9 au 23 février 2022. Les fragments de Lune, parmi les substances les plus rares sur Terre, suscitent généralement un fort engouement auprès des amateurs et spécialistes des météorites.
"NWA 5000 [pour North West Africa, ndlr] est la 5.000e roche récupérée dans la grille nord-ouest africaine du désert du Sahara à être analysée et classée. En 2007, lorsqu'elle a été découverte, il s'agissait de la plus grande météorite lunaire connue […] Il y a moins de 750 kilogrammes de météorites lunaires [sur Terre, ndlr] et une part non négligeable est contrôlée par des institutions gouvernementales."
Contactée par Sputnik, Hasnaa Chennaoui Aoudjehane, professeure et spécialiste marocaine des météorites, confirme les raisons de cet engouement pour ce fragment qui au moment de sa découverte était rare. "Il s’agit d’un fragment assez mythique trouvé à un moment où peu de météorites lunaires étaient découvertes et qui étaient surtout très peu accessibles aux collectionneurs".Elle explique néanmoins que, depuis 2007, d’autres fragments similaires ont été découverts sur le sol marocain et dans toute la région, notamment durant les cinq ou six dernières années.
"Ce sont des objets qui s’apparentent aux roches terrestres, donc les gens ne les reconnaissaient pas auparavant. Maintenant, on les reconnaît davantage, leur nombre a donc augmenté, et leur valeur marchande a diminué en conséquence, puisque le prix des météorites est aussi une question d’offre et de demande, plus elles sont rares plus elles ont une valeur marchande importante", observe l’experte qui précise par ailleurs que les chutes de météorites sont aléatoires. "Elles se passent n’importe où dans le monde, mais leur accumulation se fait dans les déserts où elles vont être préservées, car il n’y a pas d’agent qui va la détériorer rapidement. C’est le cas dans les déserts froids comme l’antarctique ou dans les déserts chauds comme le Sahara, le Sultanat d’Oman, le désert du Chili…"
Comment un morceau de la Lune parvient à se retrouver sur la surface de la Terre? Ce phénomène se déroule suite à un impact important qui se produit sur la Lune et fait éjecter des morceaux de la surface lunaire, le faisant sortir de cette gravitation. "Il va donc rester en orbite autour du Soleil et peut-être croiser la trajectoire de la Terre. C’est le même phénomène qui éjecte des météorites de la surface de Mars et qui permet à des morceaux d’astéroïdes d’être cassés et d’arriver sur Terre", explique la professeure Hasnaa Chennaoui Aoudjehane.
Concernant le lieu de localisation exact de cette roche découverte "dans la partie nord-ouest africaine du désert de Sahara", selon le site de Christie’s, l’intervenante de Sputnik explique qu’aucun moyen n’est disponible pour identifier l’emplacement précis, bien que "son origine soit du Sahara marocain", l'appellation retenu au Maroc pour le territoire du Sahara occidental.
"C’est tout le travail que nous menons depuis une vingtaine d’années, celui de documenter les origines des météorites. Si les coordonnées sont connues, on pourrait donner un nom de lieu [plus précis, à la place de l’acronyme NWA, ndlr] et dire ça vient de tel endroit. À ce moment-là, l’identité est plus visible et évidente et on sait dans quelle mesure l’intégrer au patrimoine. Là en l’occurrence, on ne sait pas exactement où elle a été ramassée."
Une boule de feu illumine le ciel, image d'illustration - Sputnik France, 1920, 01.02.2022
Une mystérieuse boule de feu détectée dans le ciel marocain

Quels gains pour le Maroc?

Que rapportent ces ventes aux pays où ont été découverts les objets? Selon la spécialiste, dans ce cas, le Maroc qui est présenté comme le pays de la découverte, ne gagne rien de cette vente. "Pour ce type d’échantillons exportés il y a quelques années, il n’y a même pas de certificat d’export […] et c’est le cas de nombreuses autres météorites sorties du pays sans ce document", regrette-t-elle. Une situation à laquelle les autorités compétentes semblent avoir décidé de remédier, à travers une législation entrée en vigueur en février 2020. Celle-ci permet aux collectionneurs et aux marchands notamment de faire dorénavant des exports légaux, avec des certificats fournis par le pays, explique la spécialiste à Sputnik.
Archéologie (image d'illustration) - Sputnik France, 1920, 20.11.2021
Au Maroc, des chercheurs font une découverte "majeure" de plus de 150.000 ans
Ce n’est pas la première fois qu’un objet similaire est mis aux enchères à un prix aussi insolite.
En 2020, l’une des plus grandes météorites lunaire du monde désignée sous l’acronyme NWA 12691 d’un poids de 13 kilogrammes, et découverte dans le Sahara par un chercheur anonyme, était mise en vente pour une valeur de 2,5 millions d’euros. Le fragment n’a néanmoins trouvé aucun acquéreur.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала